Membres

Liste des membres


Présentation

Gauthier Aubert

Professeur d’histoire moderne à Rennes 2 (EA Tempora), Gauthier Aubert travaille sur les conflits
politiques et en particulier les révoltes dans la France des XVIIe et XVIIIe siècle, avec une attention particulière portée aux enjeux spatiaux et à la question de la repression.
Adresse électronique :
gauthier.aubert@univ-rennes2.fr

Nathalie Aussenac-Gilles

Nathalie Aussenac-Gilles est directrice de recherche au CNRS. Elle mène ses recherches à l’IRIT, laboratoire d’informatique de l’Université de Toulouse, depuis 1991, où elle est actuellement co-responsable du département IA de lIRIT avec P. Zaraté, après avoir été responsable de l’équipe MELODI entre 2011 et 2020.

Situées dans le domaine de l’ingénierie des connaissances et du web sémantique, ses travaux visent à définir des méthodes et des modèles pour la construction d’ontologies et de bases de connaissances afin de décrire l’expertise humaine, des données et des contenus textuels. Son approche, interdisciplinaire, s’appuie sur des collaborations avec des ergonomes et des linguistes. Ses contributions concernent l’extraction d’informations et de connaissances à partir de textes, et l’intégration de données hétérogènes et géolocalisées. Elle a participé à plusieurs projets ANR (en cours Sémantics4FAIR et ObARDI) et européens (EFFECTOR et STARLIGHT) où les ontologies visent à faciliter l’intégration, l’accessibilité et l’interopérabilité des données.

Depuis 2017, elle anime le projet DataNoos (https://datanoos.univ-toulouse.fr/) qui fédère des équipes toulousaines pour mettre en place une science ouverte, et fait partie du Comité pour la Science Ouverte (CeSO) de l’UFT-MIP.

Contact : nathalie.aussenac-gilles@irit.fr

Lucas Bourel

Stagiaire ontologies TSN et TSN Change

Jean-Luc Demonsant

Economiste-statisticien de formation, je suis actuellement ingénieur de recherche de la Plateforme Universitaire de Données (PUD-T) de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse (MSHS-T), émanation locale de l’infrastructure de recherche PROGEDO. J’accompagne la gestion des données quantitatives de différents projets de recherche en SHS et anime des formations en méthodes quantitatives auprès de la communauté scientifique toulousaine.

Renan Donnerh

Responsable de la Bibliothèque François-Lebrun, Université Rennes 2

Brice Evain

Brice Evain est enseignant agrégé d’histoire et auteur d’une thèse intitulée “Dire et écrire la révolte en France et en Angleterre (1540-1640)” sous la direction de Gauthier Aubert à l’Université Rennes 2.
Son post-doctorat a pour premier objectif de compléter, pour l’Ouest de la France et pour la Bretagne en particulier, la base de données du fonds Jean Nicolas.

Adresse mail : brice.evain@univ-rennes2.fr

Victor Gay (coordinateur)

Victor Gay est enseignant-chercheur à l’École d’Économie de Toulouse (TSE) et à l’Institut d’Études Avancées de Toulouse (IAST) de l’Université Toulouse Capitole 1 depuis septembre 2018. En avril 2018, il a soutenu sa thèse à l’Université de Chicago, intitulée « The Legacy of the Missing Men: World War I and Female Labor in France Over a Century ».

Sa recherche est à l’intersection de l’histoire économique,  de l’économie du travail, et de l’économie de la culture. Dans ce cadre, il développe des bases de données structurées à partir de matériau archivistique. Il a notamment publié un système d’information géographique pour la France de la Troisième République (TRF-GIS).

François Godicheau

Né en 1971, je suis Professeur des Universités en histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès depuis 2015, et actuellement directeur du laboratoire FRAMESPA, UMR 5136. Auparavant, j’ai exercé dix ans comme Maître de Conférences puis Professeur de Civilisation contemporaine de l’Espagne à l’Université Bordeaux Montaigne.

En réalité, au-delà de l’étiquette de “contemporanéistes”, j’ai franchi il y a quelques années la fausse frontière qui sépare l’histoire moderne de l’histoire contemporaine. J’ai commencé à travailler en 1996 sur la guerre civile espagnole de 1936 sous l’angle de l’étude de l’ordre public (dans le camp républicain espagnol, en particulier pendant la deuxième partie du conflit). Après la soutenance de ma thèse de doctorat en 2001 et la publication d’une version remaniée en 2004, j’ai cherché à prolonger mon enquête sur l’ordre public sur une période antérieure. J’avais travaillé sur la reconstruction de l’État à partir des institutions et des pratiques de l’ordre public dans un contexte d’écroulement de l’État lié au putsch militaire de 1936 et à la révolution ouvrière qu’il avait déclenché. Il s’agissait à présent de s’interroger sur les particularités de la construction de l’État contemporain espagnol – étonnant un État qui s’écroule comme un château de cartes en plein XXe siècle – et l’importance de l’ordre public dans sa logique et sa structuration.

Visant au départ la fin du XIXe siècle et le début du XXe, dans un projet qui se voulait comparatif avec les cas argentin et italien, l’enquête a glissé vers l’amont, tout au long du XIXe siècle, puis du XVIIIe, à la recherche des premières manifestations de l’idée d’ordre public et des projets de construction d’institutions de police. Ce glissement a été accompagné par un investissement important en histoire des concepts et en histoire culturelle du droit qui m’a conduit à réfléchir sur l’ordre public comme notion et sur les institutions liées au-delà des seuls terrains hispaniques (mes terrains privilégiés étant devenus, au fil des ans, l’Espagne péninsulaire et l’archipel de Cuba). L’identification d’un paradigme historiographique étatiste – la lente et inexorable construction de l’État moderne puis contemporain – et sa mise en cause par un paradigme couramment appelé juridictionnel permet en effet d’envisager un travail véritablement transnational sur les institutions politiques et leur évolution entre le 18e et le 19e siècle. Au sein du vaste ensemble de problèmes auquel tout cela renvoie, une piste m’intéresse particulièrement : celle de la construction institutionnelle ou équipement politique des territoires aux époques moderne et contemporaine, et la question de la traduction cartographique ou du moins visuelle des pouvoirs institutionnels.

Parmi mes publications de ces dernières années, on peut signaler deux ouvrages collectifs. Le premier sur la notion de lien social et l’histoire des métaphores : Metáforas y conceptos del vinculo social en la historia moderna y contemporánea, co-dirigé avec l’historien espagnol Pablo Sánchez León et paru en 2015 chez Fondo de Cultura Económica España ; le second, co-dirigé avec Mathieu Grenet, de l’Institut Universitaire Champollion d’Albi : Raison administrative et logiques d’empire (XVIe-XIXe siècles), Ecole Française de Rome/Casa de Velázquez, Rome, 2021. Deux ouvrages actuellement sous presse : co-dirigé avec Darío Barriera:  Del buen gobierno al orden público. Distancias, actores y conceptos en dos laboratorios: Cuba y el Río de la Plata (1760-1860), FCE-España, Madrid; co-dirigé avec Arnaud Exbalin:Administrar los márgenes urbanos de la monarquía hispánica (siglos XVI-XIX), Prohistoria, Rosario (Argentine).

Dominique Godineau

Professeur des Universités en histoire moderne, Université Rennes 2, EA Tempora

Philippe Hamon

Né en 1961, je suis professeur d’histoire moderne à Rennes 2 depuis 2004, après y avoir été MCF depuis 1993. Je suis directeur du département d’histoire jusqu’à la fin de 2021.

J’ai travaillé d’abord sur la monarchie de la Renaissance, en particulier à travers une thèse sur les finances et officiers de finances de François Ier. Je me suis ensuite orienté vers des recherches sur la représentation de l’argent, de la monnaie, dans la peinture, qui a donné la matière de mon mémoire inédit d’HDR. Depuis plusieurs années, je mène et dirige des recherches sur les mobilisations au temps des guerres de religion, en particulier en Bretagne.

J’ai ouvert en outre parallèlement un chantier plus vaste sur les formes de l’autodéfense des communautés rurales, en France, en long terme (de la fin du Moyen Âge au 19e siècle). Il s’agit de montrer en quoi ces populations en situation de domination s’intègrent dans, voire orientent une politique de maintien de l’ordre les armes à la main, sur le plan local, mais dans toute la France (et d’ailleurs, plus largement en Europe) et d’en mesurer la place, le rôle et les conséquences. C’est par ce canal que je réfléchis à l’articulation entre ces mobilisations reconnues et validées par les autorités et les révoltes dans le monde rural.

Dans le cadre du projet ObArdi, je m’intéresse donc en priorité à la cartographie des mouvements de révolte et de troubles, qui est nourrie par l’immense enquête menée par Jean Nicolas enre 1980 et 2000. J’ai travaillé sur la façon dont cette enquête s’est élaborée, en menant une “enquête sur l’enquête” à partir des matériaux qu’elle a générés, de correspondances et d’entretiens.

Mais je réfléchis, plus largement, sur les formes de la construction politique de la territorialisation dans la France moderne.

Email :

philippe.hamon@univ-rennes2.fr

Nathalie Hernandez

Je suis professeur à l’Université Toulouse Jean Jaurès depuis septembre 2007. En décembre 2019, j’ai soutenu mon Habilitation à Diriger des Recherches intitulée “Centralité des ontologies : du Web Sémantique des utilisateurs au Web Sémantique des objets” à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Depuis 2001, mon laboratoire d’appartenance est l’IRIT (UMR 5505).

Mes recherches s’inscrivent dans le domaine de l’Intelligence Artificielle, et concernent plus particulièrement l’Ingénierie des Connaissances et le Web Sémantique. Ancrées dans le domaine de l’IA, les thématiques de recherche auxquelles je m’intéresse ont évolué en fonction du développement du Web et des enjeux sociétaux. Centrées lors de ma thèse sur l’utilisation d’ontologies pour faciliter la tâche de recherche d’information au sein de corpus de textes, elles abordent aujourd’hui des problématiques liées à l’intégration d’objets en tant que ressources du Web, l’évolution des approches d’IA pour faciliter l’analyse de problématiques des chercheurs en Sciences Humaines et Sociales ainsi que l’hybridation du raisonnement symbolique et de l’apprentissage.

Alix Janvier

Stagiaire Rennes 2, masterante

Juliette Kotowicz

Stagiaire ontologie RIC-O

Ryane Makri

Stagiaire ontologies TSN et TSN Change

Delphine Mialot

Stagiaire Rennes 2, masterante

Johan Oszwald

Maître de conférence en géographie, Université Rennes 2, LETG-Rennes COSTEL (UMR CNRS 6554)

Sébastien Poublanc

Je suis docteur en histoire moderne. Lors de mon doctorat (2015), j’ai étudié l’appropriation des forêts méridionales par la puissance publique et les résistances en résultant (XIIIe-XVIIe siècles). Depuis, mes recherches s’orientent sur les rébellions forestières et leurs permanences dans l’espace sylvestre. En parallèle, je développe une réflexion sur la numérisation du métier d’historien en lien avec les humanités numériques.

Après avoir été ingénieur de recherche contractuel en humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux, rédacteur en chef adjoint au magazine Mondes Sociaux, je suis à présent ingénieur de recherche contractuel dans le projet ObARDI.

Alicia Riou

Stagiaire Rennes 2, masterante

Philippe Terral

Professeur des Universités en sociologie, Université Paul Sabatier, CRESCO URU 7419 – F2SMH


Crédits image

Icons made by joalfa from www.flaticon.com

Tous droits réservés Pascal Simon