Catégories
Articles Atelier de l’historien Data Pour les non-spécialistes

Questionner le sens et la nature des données historiques

Préambule : ce billet constitue le premier d’une série dédié à questionner le concept de “données historiques” et fondé sur la communication donnée dans le cadre de DHNord 2023.

Parler de données en histoire semble aujourd’hui aller de soi : à force d’usage, le terme s’est progressivement imposé dans notre répertoire scientifique, en toute discrétion et sans réellement provoquer de débat. Nous l’employons tout à trac pour désigner des informations présentes dans les archives ou des informations issues de l’analyse de ces archives via un traitement informatique – pour ne citer que ces deux cas. Pourtant, le simple fait que ce même terme désigne deux types d’informations différentes devrait nous alerter sur la nécessité de définir précisément ce qu’il recouvre.

Catégories
Actualités

École d’été 2023 : visualiser et modéliser les données historiques

La troisième école d’été d’ObARDI se tient du 11 au 12 juillet 2023 à Rennes. Y participent : Gauthier Aubert, Nathalie Aussenac-Gilles, William Charles, Jean-Luc Demonsant, Brice Évain, Victor Gay, François Godicheau, Dominique Godineau, Philippe Hamon, Nathalie Hernandez, Pierre Meignan, Johan Oswald et Sébastien Poublanc.

Catégories
Humanités numériques Interdisciplinaire

Collaborer entre historiens et informaticiens : l’opportunité d’expliciter les catégories et les concepts de chacun ?

Dans le cadre d’ObARDI, nous croisons les approches informatiques, économiques, géographiques et historiques afin d’améliorer la compréhension des dynamiques de pouvoir qui sous-tendent la construction de l’État moderne. Pour y parvenir, le projet fédère les méthodes disciplinaires de chacun au travers d’une approche relevant de l’informatique, visant à représenter et à analyser les mécanismes de développement de l’État moderne – notamment la manière dont ses agents représentent un territoire politique. Il s’agit par ce moyen de dépasser le métarécit de la construction de l’État – fondé sur la ressemblance illusoire du vocabulaire entre hier et aujourd’hui – qui en freine encore la compréhension.

En effet, les catégories de l’État et de la société civile qui nous sont naturelles étaient sans doute étrangères aux sujets de l’époque moderne. Par ailleurs, cette approche entend revenir sur les représentations cognitives de ce qu’est un territoire politique puisque celles-ci sont limitées par un référentiel géographique qui ne s’est construit que progressivement au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Concrètement, ObARDI constitue donc un système de représentation des connaissances sur les dynamiques des institutions d’Ancien Régime entre 1661 et 1789. Il est fondé sur la représentation et l’organisation d’informations issues de données historiques dans des ontologies informatiques. La réalisation de ces ontologies génère deux niveaux d’apports entre informatique et histoire.

Catégories
Atelier de l’historien État Histoire Humanités numériques Pour les spécialistes

L’incertitude au coeur de la géographie administrative historique

[Ce billet présente l’enregistrement du séminaire “Des sources aux SIG – 13/04/23]

La publication, il y a bientôt 20 ans, du dictionnaire d’histoire administrative Communes d’hier, communes d’aujourd’hui a engendré un regain de la géographie administrative historique grâce à des outils numériques renouvelés via les SIG, ainsi qu’à de nouvelles approches transdisciplinaires entre histoire, géographie et histoire économique.

Au premier rang de ce mouvement se situent la plateforme cassini.ehess et sa perpétuation dans le cadre de l’ANR Commune, les volumes Paroisses et Communes de France et une myriade d’atlas historiques tels que l’Atlas historique de la province de Languedoc ou encore les dictionnaires topographiques comme DicoTopo.

Le projet ANR ObARDI s’inscrit dans la droite ligne de cette mouvance et propose une réflexion interdisciplinaire sur la géographie administrative d’Ancien Régime, perçue au prisme de la construction de l’Etat Moderne. Représenter cette géographie requiert une réflexion poussée sur les mécanismes qui sous-tendent la construction de cet Etat, puisque c’est précisément à cette époque que les notions même de structures et frontières administratives émergent – les notions actuelles de géographie administrative sont alors encore étrangères aux contemporains.

Catégories
Uncategorized

Présentation détaillée d’ObARDI dans e-storia. Les Cahiers de Framespa

La version détaillée et actualisée du programme de recherche a été publiée dans e-storia. Les Cahiers de Framespa en décembre 2022. Il détaille notamment l’ensemble des sources utilisées par le projet. Les premiers paragraphes sont reproduits ci-dessous et le lien pour accéder à l’ensemble du texte est disponible à la fin.


ObARDI est un projet interdisciplinaire financé par l’Agence nationale de la recherche pour la période 2021-2025. Il s’inscrit dans l’axe “Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture”, axe liant sciences du numérique et SHS, et a pour objet de recherche le développement d’ontologies informatiques pour étudier la construction de l’État moderne dans la France d’Ancien Régime. Les participants sont des chercheurs en économie (Victor Gay, coordinateur), en histoire (Gauthier Aubert, François Godicheau, Dominique Godineau, Philippe Hamon, Sébastien Poublanc), en informatique (Nathalie Aussenac-Gilles, William Charles, Nathalie Hernandez) et en géographie (Johan Oswald), répartis dans 5 unités de recherche (TSE-IAST, FRAMESPA, IRIT, TEMPORA, LETG), une unité d’appui et de recherche (MSHS-T) et deux villes (Toulouse et Rennes).

Catégories
Actualités

École d’été 2022 : Plateformes

La deuxième école d’été d’ObARDI se tient du 31 août au 2 septembre 2022. Y participent : Nathalie Auussenac-Gilles, William Charles, Jean-Luc Demonsant, Victor Gay, François Godicheau, Philippe Hamon, Nathalie Hernandez, Marie-Laure Legay, Alexis Litvine et Sébastien Poublanc.

Catégories
Data Informatique Ontologie Pour les non-spécialistes

L’ontologie Historical Hierarchical Territory (HHT)

Les spécificités de l’époque moderne nécessitent le développement d’une ontologie propre au projet OBARDI : l’ontologie Historical Hierarchical Territory (HHT). La représentation de territoires dans le contexte historique de l’Ancien Régime impose en effet de nombreuses contraintes, notamment en raison de l’aspect parcellaire et parfois contradictoire des données disponibles.

Le processus de collecte et d’agrégation de l’information administrative est en effet relativement peu centralisé ; il est le fait d’une bureaucratie encore naissante, ce qui entraîne un certain nombre d’incertitudes dans les connaissances tirées des archives – en particulier les connaissances territoriales. Plusieurs documents peuvent par exemple faire état de connaissances contradictoires sur un même territoire à une même période. À l’inverse, nous ne disposons d’aucune information sur le statut d’un territoire donné pour d’autres périodes. Enfin, le découpage du territoire métropolitain est particulièrement morcelé et irrégulier, ce qui ajoute des difficultés dans la représentation de ces connaissances.

Si l’on dispose aujourd’hui d’un maillage territorial et administratif clairement structuré, il n’en est rien pour la période considérée : la structure hiérarchique des territoires est différente selon le domaine (administratif, fiscal, religieux, judiciaire) mais aussi selon le territoire considéré. Toutes ces spécificités imposent donc la mise en place d’une ontologie spécifique, tant il est vrai que ni les ontologies généralistes destinées à l’étude historique (CIDOC-CRM, SYMOGIH…), ni les ontologies de représentation des territoires contemporains (TSN, INSEE…), n’englobent l’intégralité des aspects évoqués ci-dessus.

Catégories
Atelier de l’historien Histoire Pour les spécialistes Rébellion

Le singulier et le pluriel : la révolte populaire, « concept générique »

Pierre Bourdieu, dans un fructueux dialogue avec Roger Chartier, appelait en 1988 les historiens à se pencher sur la généalogie des concepts et des outils qui fondent la discipline historique : « ce sont les catégories mêmes avec lesquelles on construit l’objet historique qui devraient être l’objet d’une analyse historique » affirmait-il. Le concept de « révoltes populaires », auquel le projet ObARDI est très attaché, se prête tout particulièrement à une réflexion de cette nature.

Qu’est-ce qu’une révolte populaire ? Si Philippe Hamon, dans un billet récent, a bien défini la notion de rébellion qui traverse et irrigue les travaux de Jean Nicolas, celle de révolte populaire soulève d’autres problèmes. La définition du concept, intuitive, peut s’articuler, comme l’a montré Gauthier Aubert dans son manuel sur les Révoltes et répressions dans la France moderne, autour de cinq paramètres essentiels : une révolte populaire désigne une action collective, de nature populaire, mue par quelques revendications et marquée par l’usage de la force physique contre une autorité établie. Le « concept générique », selon le mot de l’historien Hugues Neveux, s’organise autour de ces quelques éléments-clés : ce sont ces marqueurs qui permettent (ou non) d’inscrire un événement au registre des révoltes populaires.

Catégories
Histoire Pour les spécialistes Rébellion

Qu’est-ce qu’une rébellion ?

Le livre de Jean Nicolas paru en 2002, La rébellion française, a fait résonner ce terme dans l’historiographie et semble lui avoir donné une nouvelle visibilité. Cet impact est-il effectivement perceptible ? Et que recouvre la notion elle-même ? Ce sont ces questions que met en débat ce billet.

Le sens commun, face au terme “rébellion”, suppose un trouble violent, généralement important, dans le cadre d’une confrontation avec une autorité. Mais quand on essaie de caractériser le terme sur la base de normes juridiques actuelles, les choses se compliquent. 

En droit français, le mot renvoie à des situations liées à une échelle individuelle, mettant en cause des particuliers – ainsi dans le cas d’une rébellion à agent de la force publique. Tout au contraire, le droit espagnol qualifie de rebelión les remises en cause d’ensemble de la souveraineté et du pouvoir politique, ce qui en droit français relèverait plutôt de la sédition. Par-delà la complexité, et la polysémie possible de la notion, se dégage au moins un double horizon :

  • une rébellion implique de la conflictualité (mais forcément avec de la violence physique ?) ;
  • une ou plusieurs autorités sont mises en cause.

Munis de ces éclairages, observons si le terme de rébellion est en usage dans l’historiographie de la période moderne dans laquelle Jean Nicolas s’inscrit.

Catégories
Économie Histoire Humanités numériques Interdisciplinaire Pour les non-spécialistes

Discuter l’ontologie

Avant de commencer à travailler sur l’ontologie ObARDI – provisoirement dénommée Historical Hierarchical Territory (HHT) – nous avons réalisé un inventaire des ontologies existantes. Il s’agissait de déterminer celles potentiellement utiles pour le projet et dont nous pouvions récupérer les concepts. Voir de quelle manière nous pouvions les utiliser a donné lieu à des échanges entre les tenants de chaque discipline lors d’une séance du séminaire interne d’ObARDI. Les résultats de ces échanges sont reproduits ci-dessous afin d’éclairer les chercheurs – notamment en SHS – qui s’interrogent sur l’intérêt des ontologies pour leurs recherches ou projets.

Les questions abordées lors de nos débats ont été de plusieurs sortes :

  •  Disciplinaires: à quoi peut servir une ontologie pour des historiens ? Est-ce utile d’en développer une nouvelle quand existent déjà des ontologies historiques comme Symogih ?
  • Opérationnelles : concrètement, que fournit une ontologie ?
  • Conceptuelles : quels morceaux d’ontologies déjà existantes reprendre et/ou adapter aux problématiques sur le passé ?
  • Concrètes : quel intérêt de transformer les informations issues des archives en données et remplir des ontologies avec ?
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search