Catégories
Atelier de l’historien Histoire Pour les spécialistes Rébellion

Le singulier et le pluriel : la révolte populaire, « concept générique »

Pierre Bourdieu, dans un fructueux dialogue avec Roger Chartier, appelait en 1988 les historiens à se pencher sur la généalogie des concepts et des outils qui fondent la discipline historique : « ce sont les catégories mêmes avec lesquelles on construit l’objet historique qui devraient être l’objet d’une analyse historique » affirmait-il. Le concept de « révoltes populaires », auquel le projet ObARDI est très attaché, se prête tout particulièrement à une réflexion de cette nature.

Qu’est-ce qu’une révolte populaire ? Si Philippe Hamon, dans un billet récent, a bien défini la notion de rébellion qui traverse et irrigue les travaux de Jean Nicolas, celle de révolte populaire soulève d’autres problèmes. La définition du concept, intuitive, peut s’articuler, comme l’a montré Gauthier Aubert dans son manuel sur les Révoltes et répressions dans la France moderne, autour de cinq paramètres essentiels : une révolte populaire désigne une action collective, de nature populaire, mue par quelques revendications et marquée par l’usage de la force physique contre une autorité établie. Le « concept générique », selon le mot de l’historien Hugues Neveux, s’organise autour de ces quelques éléments-clés : ce sont ces marqueurs qui permettent (ou non) d’inscrire un événement au registre des révoltes populaires.

Catégories
Histoire Pour les spécialistes Rébellion

Qu’est-ce qu’une rébellion ?

Le livre de Jean Nicolas paru en 2002, La rébellion française, a fait résonner ce terme dans l’historiographie et semble lui avoir donné une nouvelle visibilité. Cet impact est-il effectivement perceptible ? Et que recouvre la notion elle-même ? Ce sont ces questions que met en débat ce billet.

Le sens commun, face au terme “rébellion”, suppose un trouble violent, généralement important, dans le cadre d’une confrontation avec une autorité. Mais quand on essaie de caractériser le terme sur la base de normes juridiques actuelles, les choses se compliquent. 

En droit français, le mot renvoie à des situations liées à une échelle individuelle, mettant en cause des particuliers – ainsi dans le cas d’une rébellion à agent de la force publique. Tout au contraire, le droit espagnol qualifie de rebelión les remises en cause d’ensemble de la souveraineté et du pouvoir politique, ce qui en droit français relèverait plutôt de la sédition. Par-delà la complexité, et la polysémie possible de la notion, se dégage au moins un double horizon :

  • une rébellion implique de la conflictualité (mais forcément avec de la violence physique ?) ;
  • une ou plusieurs autorités sont mises en cause.

Munis de ces éclairages, observons si le terme de rébellion est en usage dans l’historiographie de la période moderne dans laquelle Jean Nicolas s’inscrit.

Catégories
Atelier de l’historien Histoire Pour les non-spécialistes Rébellion

L’enquête Jean Nicolas sur la rébellion en France (1661-1789)

Parmi les matériaux à exploiter dans le cadre du projet ObARDI figurent les données accumulées lors d’une enquête sur les révoltes en France entre 1661 et 1789, lancée par Jean Nicolas au début des années 1980. Pour la mettre en valeur et en utiliser à bon escient les données, il n’est pas inutile d’en connaitre les origines et le contexte de production.

Ce billet aura donc quatre objectifs : présenter le “père” de l’enquête et son projet ; exposer à grands traits le déroulement de l’enquête ; rappeler ses principaux résultats ; évoquer les matériaux qui sont aujourd’hui conservés et disponibles.

Catégories
Articles Atelier de l’historien Data Économie État Géographie Histoire Humanités numériques Informatique Interdisciplinaire Ontologie Pour les non-spécialistes Pour les spécialistes Rébellion

ObARDI : une introduction

Préambule : La version détaillée et actualisée du programme de recherche a été publiée dans e-storia. Les Cahiers de Framespa en décembre 2022. Le texte est consultable à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/framespa/13379. Il détaille notamment l’ensemble des sources utilisées par le projet. La version ci-dessous constitue la synthèse du projet présenté à l’ANR.

ObARDI est un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche de janvier 2021 à janvier 2025 dans le cadre de l’Appel à projets générique 2020. Il se situe dans le CE38 (Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture), axe interdisciplinaire liant sciences du numérique et sciences humaines et sociales.

L’objectif est d’améliorer la compréhension des dynamiques de pouvoir qui sous-tendent la construction de l’État moderne en France. En étudiant ses mécanismes de développement et sa manière de représenter un territoire politique, il s’agit de dépasser le métarécit de la construction de l’État qui en freine encore notre compréhension (Blockmans et Genet, 1995 ; Blockmans et al., 2009). En effet, malgré une ressemblance illusoire du vocabulaire, les catégories de l’État et de la société civile qui nous sont naturelles étaient sans doute étrangères aux sujets d’il y a trois siècles. De plus, nos représentations cognitives de ce qu’est un territoire politique restent limitées par un référentiel géographique qui ne s’est construit que progressivement au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Pour dépasser ces difficultés, nous développons un système de représentation des connaissances sur les dynamiques des institutions d’Ancien Régime. Il est fondé sur la représentation et l’organisation d’informations issues de données historiques dans des ontologies informatiques, donnant ainsi l’acronyme du projet : Infrastructure de Données sur l’Ancien Régime fondé sur des Ontologies [“Ontology-based Ancien Régime Data Infrastructure” (ObARDI)]. La construction de cette infrastructure comprend quatre temps.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search