Catégories
Humanités numériques Interdisciplinaire

Collaborer entre historiens et informaticiens : l’opportunité d’expliciter les catégories et les concepts de chacun ?

Dans le cadre d’ObARDI, nous croisons les approches informatiques, économiques, géographiques et historiques afin d’améliorer la compréhension des dynamiques de pouvoir qui sous-tendent la construction de l’État moderne. Pour y parvenir, le projet fédère les méthodes disciplinaires de chacun au travers d’une approche relevant de l’informatique, visant à représenter et à analyser les mécanismes de développement de l’État moderne – notamment la manière dont ses agents représentent un territoire politique. Il s’agit par ce moyen de dépasser le métarécit de la construction de l’État – fondé sur la ressemblance illusoire du vocabulaire entre hier et aujourd’hui – qui en freine encore la compréhension.

En effet, les catégories de l’État et de la société civile qui nous sont naturelles étaient sans doute étrangères aux sujets de l’époque moderne. Par ailleurs, cette approche entend revenir sur les représentations cognitives de ce qu’est un territoire politique puisque celles-ci sont limitées par un référentiel géographique qui ne s’est construit que progressivement au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Concrètement, ObARDI constitue donc un système de représentation des connaissances sur les dynamiques des institutions d’Ancien Régime entre 1661 et 1789. Il est fondé sur la représentation et l’organisation d’informations issues de données historiques dans des ontologies informatiques. La réalisation de ces ontologies génère deux niveaux d’apports entre informatique et histoire.

Catégories
Économie Histoire Humanités numériques Interdisciplinaire Pour les non-spécialistes

Discuter l’ontologie

Avant de commencer à travailler sur l’ontologie ObARDI – provisoirement dénommée Historical Hierarchical Territory (HHT) – nous avons réalisé un inventaire des ontologies existantes. Il s’agissait de déterminer celles potentiellement utiles pour le projet et dont nous pouvions récupérer les concepts. Voir de quelle manière nous pouvions les utiliser a donné lieu à des échanges entre les tenants de chaque discipline lors d’une séance du séminaire interne d’ObARDI. Les résultats de ces échanges sont reproduits ci-dessous afin d’éclairer les chercheurs – notamment en SHS – qui s’interrogent sur l’intérêt des ontologies pour leurs recherches ou projets.

Les questions abordées lors de nos débats ont été de plusieurs sortes :

  •  Disciplinaires: à quoi peut servir une ontologie pour des historiens ? Est-ce utile d’en développer une nouvelle quand existent déjà des ontologies historiques comme Symogih ?
  • Opérationnelles : concrètement, que fournit une ontologie ?
  • Conceptuelles : quels morceaux d’ontologies déjà existantes reprendre et/ou adapter aux problématiques sur le passé ?
  • Concrètes : quel intérêt de transformer les informations issues des archives en données et remplir des ontologies avec ?
Catégories
Humanités numériques Interdisciplinaire Pour les non-spécialistes

Le blog : organiser l’espace décentré de la conversation scientifique

Pourquoi créer un carnet de recherche dans le cadre d’un projet ANR ? Comment l’alimenter, quels formats d’articles privilégier et quelles traditions disciplinaires embrasser, ? Si les historiens utilisent abondamment des blogs, ce n’est par exemple pas le cas des informaticiens. Surtout, quel fonctionnement collectif adopter dans un projet qui ne mobilise pas tous ses membres à la même hauteur ni dans la même temporalité ? Partant de ces questionnements, voici quelques éléments de réflexion qui ont guidé le projet éditorial de ce carnet. 

Alors même que le programme ANR débutait en janvier 2021, il semblait important de prendre le temps de réfléchir sur le carnet et de déterminer une politique éditoriale claire. Nous avons donc passé en revue un certain nombre de blogs dont le contenu nous plaisait, comme ceux de Caroline Muller ( Acquis de conscience. Histoire(s) de XIXe siècle), d’Aurore Turbiau (Littératures engagées.Féminisme et lesbianisme dans l’histoire littéraire) ou d’Émilien Ruiz (Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie) ; d’autres sites et blogs, en français – Politika, EHNE ; et en anglais : le blog du CEPR, celui de l’Economic History Society (The Long Run) ou encore Broadstreet. L’ensemble a servi à structurer notre réflexion sur les publics et les types de contenus à proposer.

Catégories
Articles Atelier de l’historien Data Économie État Géographie Histoire Humanités numériques Informatique Interdisciplinaire Ontologie Pour les non-spécialistes Pour les spécialistes Rébellion

ObARDI : une introduction

Préambule : La version détaillée et actualisée du programme de recherche a été publiée dans e-storia. Les Cahiers de Framespa en décembre 2022. Le texte est consultable à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/framespa/13379. Il détaille notamment l’ensemble des sources utilisées par le projet. La version ci-dessous constitue la synthèse du projet présenté à l’ANR.

ObARDI est un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche de janvier 2021 à janvier 2025 dans le cadre de l’Appel à projets générique 2020. Il se situe dans le CE38 (Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture), axe interdisciplinaire liant sciences du numérique et sciences humaines et sociales.

L’objectif est d’améliorer la compréhension des dynamiques de pouvoir qui sous-tendent la construction de l’État moderne en France. En étudiant ses mécanismes de développement et sa manière de représenter un territoire politique, il s’agit de dépasser le métarécit de la construction de l’État qui en freine encore notre compréhension (Blockmans et Genet, 1995 ; Blockmans et al., 2009). En effet, malgré une ressemblance illusoire du vocabulaire, les catégories de l’État et de la société civile qui nous sont naturelles étaient sans doute étrangères aux sujets d’il y a trois siècles. De plus, nos représentations cognitives de ce qu’est un territoire politique restent limitées par un référentiel géographique qui ne s’est construit que progressivement au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Pour dépasser ces difficultés, nous développons un système de représentation des connaissances sur les dynamiques des institutions d’Ancien Régime. Il est fondé sur la représentation et l’organisation d’informations issues de données historiques dans des ontologies informatiques, donnant ainsi l’acronyme du projet : Infrastructure de Données sur l’Ancien Régime fondé sur des Ontologies [“Ontology-based Ancien Régime Data Infrastructure” (ObARDI)]. La construction de cette infrastructure comprend quatre temps.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search