Catégories
Atelier de l’historien Histoire Pour les spécialistes Rébellion

Le singulier et le pluriel : la révolte populaire, « concept générique »

Pierre Bourdieu, dans un fructueux dialogue avec Roger Chartier, appelait en 1988 les historiens à se pencher sur la généalogie des concepts et des outils qui fondent la discipline historique : « ce sont les catégories mêmes avec lesquelles on construit l’objet historique qui devraient être l’objet d’une analyse historique » affirmait-il. Le concept de « révoltes populaires », auquel le projet ObARDI est très attaché, se prête tout particulièrement à une réflexion de cette nature.

Qu’est-ce qu’une révolte populaire ? Si Philippe Hamon, dans un billet récent, a bien défini la notion de rébellion qui traverse et irrigue les travaux de Jean Nicolas, celle de révolte populaire soulève d’autres problèmes. La définition du concept, intuitive, peut s’articuler, comme l’a montré Gauthier Aubert dans son manuel sur les Révoltes et répressions dans la France moderne, autour de cinq paramètres essentiels : une révolte populaire désigne une action collective, de nature populaire, mue par quelques revendications et marquée par l’usage de la force physique contre une autorité établie. Le « concept générique », selon le mot de l’historien Hugues Neveux, s’organise autour de ces quelques éléments-clés : ce sont ces marqueurs qui permettent (ou non) d’inscrire un événement au registre des révoltes populaires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search