Catégories
Atelier de l’historien Histoire Pour les spécialistes Rébellion

Le singulier et le pluriel : la révolte populaire, « concept générique »

Pierre Bourdieu, dans un fructueux dialogue avec Roger Chartier, appelait en 1988 les historiens à se pencher sur la généalogie des concepts et des outils qui fondent la discipline historique : « ce sont les catégories mêmes avec lesquelles on construit l’objet historique qui devraient être l’objet d’une analyse historique » affirmait-il. Le concept de « révoltes populaires », auquel le projet ObARDI est très attaché, se prête tout particulièrement à une réflexion de cette nature.

Qu’est-ce qu’une révolte populaire ? Si Philippe Hamon, dans un billet récent, a bien défini la notion de rébellion qui traverse et irrigue les travaux de Jean Nicolas, celle de révolte populaire soulève d’autres problèmes. La définition du concept, intuitive, peut s’articuler, comme l’a montré Gauthier Aubert dans son manuel sur les Révoltes et répressions dans la France moderne, autour de cinq paramètres essentiels : une révolte populaire désigne une action collective, de nature populaire, mue par quelques revendications et marquée par l’usage de la force physique contre une autorité établie. Le « concept générique », selon le mot de l’historien Hugues Neveux, s’organise autour de ces quelques éléments-clés : ce sont ces marqueurs qui permettent (ou non) d’inscrire un événement au registre des révoltes populaires.

La difficulté, sur laquelle je souhaiterais revenir ici, tient moins pourtant à l’identification des événements – entendus, écrivait Paul Veyne, comme « tout ce qui ne va pas de soi » – qu’à la tension, sans cesse renouvelée, qui se noue entre le fait passé et la catégorie dans laquelle il se trouve inséré. Car enfin parler de révoltes populaires revient à mettre en commun – ou en série – un corpus d’événements résolument singuliers, portés chacun par des acteurs spécifiques dans des contextes particuliers. Chaque événement est unique par nature, « individuel » disait encore Paul Veyne ; l’histoire est idiographique, sans doute, et « l’âme de l’historien est celle d’un lecteur de faits divers » puisque que « le chien qui est écrasé en ce jour est un autre que celui qui a été écrasé la veille ».

Comment dès lors conjuguer le singulier au pluriel ? Comment concevoir l’étude d’une catégorie d’événements sans mutiler l’idiosyncrasie de chacun de ceux qui la constituent ? En somme, comment réaliser une histoire des révoltes populaires ?

Trois paradigmes

Plusieurs méthodes coexistent. Dans ma thèse, soutenue en décembre 2021 à l’Université Rennes 2 sous la direction de Gauthier Aubert, j’ai cherché à analyser conjointement les discours portant sur un corpus d’une douzaine de révoltes soigneusement sélectionnées, réparties sur deux royaumes (ceux de France et d’Angleterre) au cours de la première modernité (XVIe-premier XVIIe s.). Je me suis alors efforcé d’assurer la confrontation entre ces différents événements autour de trois paradigmes, nullement incompatibles :

  • Le paradigme de l’histoire comparée : dans celui-ci, chaque révolte est considérée comme un objet unique et autonome et il convient de le confronter à tous les autres.
  • Le paradigme de l’histoire croisée : on considère que les troubles français d’une part, anglais de l’autre possèdent quelques traits communs, quelques « spécificités nationales » ; l’objectif est alors de confronter les deux blocs considérés comme homogènes, afin de faire émerger des points communs et des différences.
  • Le paradigme de l’histoire globale : l’approche n’est plus ici comparative ; il s’agit moins d’opposer les différents éléments que de les intégrer au sein d’un corpus élargi. Dans cette perspective, des unités habituellement séparées se trouvent mises en relation, de nouvelles connexions se créent, des relations originales s’établissent dans une double dimension synchronique et diachronique.

Tout en variant les regards, j’ai privilégié cette dernière approche. À travers l’analyse des procédures d’écriture propres à chacun de ces événements, dans un aller-retour constant entre les niveaux micro et macro, j’ai cherché à établir des modèles, c’est-à-dire à définir un ensemble de traits structurels donnant au concept générique central, celui de révolte populaire, une cohérence empirique.

Deux modèles : le discours des révoltés et le discours de l’ordre

Que constate-t-on, alors, lorsque l’on se penche sur les discours des acteurs ? On remarque que les textes écrits par les révoltés, au XVIe comme au XVIIe siècle, pour définir et justifier leurs soulèvements, élaborent des cadres théoriques similaires de part et d’autre de la Manche, et ce alors même que les causes des mouvements rébellionnaires sont très éloignées en France et en Angleterre (motif antifiscal dans le premier royaume, lutte contre les enclosures et l’appropriation des terres communes dans le second). Dans tous les cas les mouvements sont conçus, par ceux-là même qui les mènent, comme justes et nécessaires, actes de justice et non de rébellion, accomplis, au nom de la défense des libertés locales, par des communautés soulignant les liens de solidarité qui les unissent ; ces révoltes sont l’œuvre d’un peuple opprimé qui se retourne contre ses oppresseurs. Un « adversaire-type » est explicitement désigné – « gabeleurs » en France, « encloseurs » en Angleterre – accusé de menacer l’ordre et la stabilité du royaume ; à tort ou à raison, lui sont imputés tous les maux qui s’abattent sur la paroisse. Alors, dans une logique d’autodéfense, la prise d’armes est jugée nécessaire.

Cette dernière est légitimée de trois manières : elle est accomplie au nom de Dieu, du Roi et du peuple. Les mots employés pour dire la révolte, en France comme en Angleterre, sont, de plus, analogues et témoignent d’une culture politique au moins partiellement partagée entre les deux royaumes : les Communes/Commons, humiliées, mènent la lutte, l’enjeu est celui du Bien Public/Commonwealth, les cibles du mouvement sont désignées comme tyrans/tyrants et peuvent donc, si l’on en croit les théories tyrannicides les plus radicales, être assassinées sans sommation. Aussi l’on peut voir dans les grands mouvements rébellionnaires de la première modernité l’expression (ou l’avatar) d’un devoir de révolte populaire, qui serait consécutif à l’absence ou à l’épuisement des voies institutionnelles capables de porter une parole d’opposition. Comme chez les conspirateurs de sang bleu, la révolte, ici, pour reprendre la jolie formule d’Arlette Jouanna, résulte de « cette discordance entre le légitime et le légal ».

À l’autre bout du spectre, on constate que la rhétorique et les mots employés par le pouvoir pour discréditer les mouvements populaires reposent eux aussi sur un même modèle, en France comme en Angleterre, au XVIe comme au XVIIe siècle. Le discours d’ordre s’appuie sur trois postulats qui se déclinent en autant d’invariants : la révolte est d’abord pensée comme un crime de lèse-majesté qui s’oppose à l’obéissance inconditionnelle que les sujets doivent à leur Prince ; elle traduit le caractère naturellement instable et séditieux du menu peuple, à l’origine des mouvements rébellionnaires ; elle est, enfin, soupçonnée d’être guidée par quelques grands personnages du royaume ou fomentée de l’étranger, en vertu de la maxime selon laquelle le peuple seul est incapable d’accomplir des actions politiques d’envergure.

Bien sûr, une fois ces modèles discursifs posés, il convient de souligner la présence de nuances et d’écarts de représentation d’un événement à l’autre ; les modèles ainsi formés ne suggèrent pas l’existence de règles d’or intangibles qui s’appliqueraient invariablement à chaque révolte, comme si celle-ci était déterminée par avance : à l’issue de l’analyse, leur idiosyncrasie reste inviolée. Le modèle est à la monographie ce que le croquis est à la carte : une interprétation globale, une ébauche de sens. Aussi le pluriel n’abîme pas le singulier : il invite au contraire à déplacer le regard par une mise en perspective salutaire.

Pris dans les filets d’une réflexion générale, l’événement, dans la singularité qui le caractérise, tire profit de l’analyse en surplomb qui s’opère autour de son concept générique ; l’examen, articulé autour des trois paradigmes évoqués plus haut, lui donne sens sans épuiser pour autant la complexité du réel dans lequel il s’inscrit ; ainsi ai-je cherché dans mon travail de thèse à dresser le portrait d’une culture rébellionnaire globalement commune et partagée de part et d’autre de la Manche au cours de la première modernité, d’un événement à l’autre ; ponctuellement, le pluriel l’emporte sur le singulier.

L’approche Jean Nicolas : la rébellion française

L’approche initiée par Jean Nicolas dans sa grande enquête sur La rébellion française de 1661 à 1789 – enquête qui constitue un des principaux matériaux du projet ObARDI – fonctionne de manière différente. Il ne s’agit plus ici de sélectionner un ensemble circonscrit d’événements relevant d’un même concept générique afin de les analyser parallèlement mais au contraire d’établir un corpus d’événements le plus large possible à partir d’une définition minimale de la notion choisie, en l’occurrence celle de rébellion (cf. de nouveau le billet de Philippe Hamon sur ce terme). La constitution du corpus n’est plus un présupposé de l’enquête : elle en est un aboutissement.

En conséquence, l’objectif n’est plus d’établir des modèles mais de fonder des typologies, autour des 8528 affaires dénichées par Jean Nicolas, chacune ayant fait en amont l’objet d’une fiche précise suivant une grille de dépouillement soigneusement élaborée. L’enquête, de nature quantitative, sorte de prosopographie des mouvements populaires, accouche d’un ouvrage majeur particulièrement intéressant d’un point de vue méthodologique : en effet le travail de mise en série mené par Jean Nicolas aboutit à un livre remarquablement bien écrit qui laisse toute sa place au récit et qui, dans le fracas du grand nombre, redonne, paradoxalement, peut-être, au vu de la logique initiale de l’enquête, de la lumière au singulier.

Au goût de l’archive, Jean Nicolas adjoint un goût du récit qui fait le sel du travail historique et rappelle qu’au-delà de l’aspect sériel, l’événement rébellionnaire ne peut se réduire à une simple entrée dans une base de données ou à une ligne sur un fichier Excel, qu’il ne s’épuise pas dans l’explication économique ou sociologique parfois avancée pour en rendre compte, qu’il ne saurait enfin se dissoudre dans un schéma mécaniste trop rigoureux. L’ouvrage souligne au contraire la dimension organique, vivante, aléatoire, incertaine de l’événement rébellionnaire : ce dernier s’épanouit dans les froissements du contexte social qui l’a vu naître ; traversé de tensions interpersonnelles, de hasards et d’échos, il se déploie dans l’action, contingente, de celles et de ceux qui l’ont animé ; il prend enfin racine dans les premières narrations qui l’exhibent et l’exposent. Aussi l’approche quantitative s’articule ici à une démarche quasi monographique : l’histoire sans doute se construit dans le frottement du singulier et du pluriel.


Bibliographie

Gauthier Aubert, Révoltes et répressions dans la France moderne, Paris, Armand Colin, 2015.

Yves-Marie Bercé, Histoire des croquants. Étude des soulèvements populaires au XVIIe siècle dans le sud-ouest de la France, 2 vol., Genève, Droz, 1974.

Pierre Bourdieu et Roger Chartier, Le sociologue et l’historien, Marseille, Agone, 2010.

Arlette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989

Hugues Neveux, Les révoltes paysannes en Europe, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1997.

Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Gallimard, 2014 [2002].

Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Points Seuil, 1996 [1971].



Crédits image

Condition icons created by Parzival’ 1997 – Flaticon

Tech icons created by Pixel perfect – Flaticon

Conversation icons created by Freepik – Flaticon

Point of view icons created by Chanut-is-Industries – Flaticon



Citer ce billet
Brice Evain (2022, 25 mai). Le singulier et le pluriel : la révolte populaire, « concept générique ». L'atelier d'Obardi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh4z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search