Catégories
Histoire Pour les spécialistes Rébellion

Qu’est-ce qu’une rébellion ?

Le livre de Jean Nicolas paru en 2002, La rébellion française, a fait résonner ce terme dans l’historiographie et semble lui avoir donné une nouvelle visibilité. Cet impact est-il effectivement perceptible ? Et que recouvre la notion elle-même ? Ce sont ces questions que met en débat ce billet.

Le sens commun, face au terme “rébellion”, suppose un trouble violent, généralement important, dans le cadre d’une confrontation avec une autorité. Mais quand on essaie de caractériser le terme sur la base de normes juridiques actuelles, les choses se compliquent. 

En droit français, le mot renvoie à des situations liées à une échelle individuelle, mettant en cause des particuliers – ainsi dans le cas d’une rébellion à agent de la force publique. Tout au contraire, le droit espagnol qualifie de rebelión les remises en cause d’ensemble de la souveraineté et du pouvoir politique, ce qui en droit français relèverait plutôt de la sédition. Par-delà la complexité, et la polysémie possible de la notion, se dégage au moins un double horizon :

  • une rébellion implique de la conflictualité (mais forcément avec de la violence physique ?) ;
  • une ou plusieurs autorités sont mises en cause.

Munis de ces éclairages, observons si le terme de rébellion est en usage dans l’historiographie de la période moderne dans laquelle Jean Nicolas s’inscrit.

Soulèvements, révoltes et autres émeutes…

Dans la tradition française, pour l’étude de phénomènes de ce type, d’autres termes ont été plus souvent mobilisés. Partons à titre d’exemple du travail fondamental d’Yves-Marie Bercé, Histoire des Croquants. Étude des soulèvements populaires au XVIIe siècle dans le Sud-Ouest de la France (1974). L’auteur y réserve l’emploi de rébellion à une catégorie très spécifique d’actions, celles qui sont menées par des officiers du roi (p. 173) : il souligne qu’il emploie ici “le mot rébellion et non révolte” parce qu’il renvoie à “un fait divers, une opposition violente mais isolée et sans lendemain”. Il semble donc s’agir de créer une hiérarchie en termes d’intensité, dans laquelle la rébellion se situerait sous la révolte et ses équivalents.

On retrouve cette approche hiérarchique, ici pour l’échelle géographique, dans la conclusion de l’ouvrage (p. 681). Dans le passage qui envisage globalement toutes les “révoltes populaires” qu’il a pu localiser (plus de 450), au-delà des “grandes révoltes historiques” qu’il a étudiées en priorité, Yves-Marie Bercé précise que “l’unité topographique de rébellion” est ici la communauté d’habitat et d’existence. Cela tend à confirmer l’impression selon laquelle le recours à ce terme suppose pour Bercé une moindre ampleur des événements retenus.

Dans cette logique, quand il s’agit de caractériser les grands mouvements conflictuels du temps, en particulier ceux qui impliquent les catégories populaires, le terme de rébellion n’est pas mis en avant. En témoignent les titres de livres qui ont marqué l’historiographie du sujet : Boris Porchnev parle de soulèvements populaires (traduction française, 1963) ; Roland Mousnier dans Fureurs paysannes (1967) retient le mot révolte, tout comme Madeleine Foisil dans son étude des troubles normands de 1639 (1970). René Pillorget, qui se penche sur la Provence au 17e siècle, choisit pour sa part de façon plus originale de parler de mouvements insurrectionnels (1975).

Les dictionnaires et lexiques historiques conduisent au même constat : celui de Guy Cabourdin (1978) a une entrée révoltes paysannes ou émotions ; en 1995 René Pillorget dans le dictionnaire de France Baroque, France classique, ne retient que soulèvements populaires. Le Dictionnaire de la France d’Ancien régime sous la direction de Lucien Bély, paru en 1996, comprend pour sa part deux entrées :

  • émeutes (pour les mouvements insurrectionnels en milieu urbain suivant la notice de Jean Chagniot)
  • révoltes (où Yves-Marie Bercé, auteur de la notice, explique qu’on peut y passer de l’émeute à la “guerre paysanne”, donnant ici au terme émeute un sens lié non à la géographie, mais à l’intensité).

Mais nulle part ne s’impose le mot rébellion.

Visibilité de la notion de rébellion

C’est finalement le titre du livre de Jean Nicolas, La Rébellion française, qui en 2002 semble devoir lui donner une visibilité forte. Le choix du terme, il faut le préciser, incombe ici à l’auteur, ce qui n’est pas toujours le cas dans le monde de l’édition quand il est question de déterminer le titre d’un ouvrage. L’emploi du singulier en renforce l’impact et paraît élever la notion au rang de concept. Jean Nicolas l’assume pleinement dans les années qui suivent. Dans les Mélanges en l’honneur d’Elie Pélaquier, parus en 2013, il fait allusion à la contribution de ce dernier à la grande enquête qui a débouché sur son livre. Il la décrit en ces termes : “L’enquête d’histoire sociale [menée] dans les années 1990, s’agissant de la rébellion populaire dans la France d’Ancien Régime au cours du long XVIIIe siècle”.

Pour autant, l’usage historien reste réservé, comme en témoignent là encore des dictionnaires parus juste après la sortie du livre et ce, alors même que celui-ci figure en bonne place dans les bibliographies des notices. Dans le Dictionnaire de la France moderne de Jean-Yves Grenier, Katia Béguin et Anne Bonzon (2003), il est même le seul livre cité ; pour autant, la notice émotion qui mentionne toute une série d’autres termes en usage chez les hommes du temps ou les historiens, ne retient pas celui de rébellion. Même chose en 2005 dans le Dictionnaire historique de la France moderne sous la direction de Laurent Bourquin, dans ses deux entrées sur les révoltes, populaires et nobiliaires.

Le mot n’est cependant pas totalement absent des ouvrages sur les révoltes. Il était présent à plusieurs reprises dans l’introduction des Soulèvements populaires de Porchnev ; il figure encore dans celle de Révoltes et répressions dans la France moderne (2015) de Gauthier Aubert, uniquement cependant sous la forme de l’adjectif rébellionaire.

Mais revenons-en à la démarche de J. Nicolas : son choix final pour le livre suppose, au moins implicitement, que chaque acte étudié en son sein puisse renvoyer à ce concept et finalement que chacun des quelques 8 500 éclats mis au jour puisse prendre sens comme une rébellion. Or il est intéressant de noter que, dans les premiers temps de la longue enquête dont le livre est issu, la terminologie, comme dans l’historiographie contemporaine, n’était nullement polarisée sur ce mot.

L’article pionnier (1973-74) parle d’une “enquête sur les émotions populaires”. Les documents de lancement de celle-ci, dans les années 1982-84, tout comme le colloque qui en marque le début officiel (1984), retiennent surtout “mouvements populaires”. La table ronde de 1986 qui expose les premiers résultats s’intitule Troubles populaires en France aux 17e et 18e siècles et Jean Nicolas y fait une communication sur “Les émotions dans l’ordinateur”. La fidélité à cette approche persiste cependant lors de la parution du livre, mais seulement dans son sous-titre, qui reprend alors le titre du colloque de 1984 : Mouvements populaires et conscience sociale. Soulignons au passage la présence du mot “populaire” qui, de façon durable, connote socialement les milieux concernés, dans une tradition qui s’inscrit dans l’héritage de Porchnev comme dans celui de Bercé. Ces investigations dans le vocabulaire des origines montrent bien qu’il n’est pas possible de considérer le déplacement chronologique de l’enquête, centrée dès le départ sur une période plus tardive que celle étudiée dans les livres évoqués plus haut, comme une explication du recours à un terme spécifique.

Pour aller plus loin, lire L’enquête Jean Nicolas sur la rébellion en France (1661-1789)

Cerner un concept ?

Logiquement, dans le premier chapitre du livre, intitulé Les archives du désordre, le premier paragraphe porte sur “ce que disent les mots” (p. 19-25). J. Nicolas y revient sur les enjeux terminologiques. Il tente de combiner au mieux deux approches. D’abord, le recours aux catégories indigènes, qu’il s’agisse des mots employés par les acteurs ou du langage juridique. Si rébellion n’a pas grand écho dans le premier volet, il est en revanche bien présent dans le domaine du droit, à travers la catégorie de “rébellion à justice”.

Mais, ceci posé, J. Nicolas doit tenir compte du fait que, sur un corpus de plus de 8 500 occurrences, 2 066 seulement sont désignées dans les sources comme des rébellions – ce qui en fait malgré tout le terme le plus fréquent de sa typologie (p. 25). Il faudrait cependant pouvoir vérifier dans le détail si tous ces événements correspondent bien au cadre juridique pertinent pour une qualification de “rébellion à justice”.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas possible de se contenter de ce terme indigène et J. Nicolas doit donc élaborer sa propre définition, en tant qu’historien, de ce qui est désigné comme une rébellion dans son ouvrage. Il le fait habilement, en parvenant à prendre en compte d’autres catégories indigènes comme émotion ou sédition, très présentes aussi dans les sources qu’il utilise, mais finalement, il est contraint de fixer un cadre extérieur aux catégories des acteurs.

Ce cadre était évidemment présent dès les origines de l’enquête : sans une définition instrumentale préalable, celle-ci en effet n’aurait pas pu être menée. Jean Nicolas qualifie de rébellion un événement :

  •  qui a une dimension violente
  • qui met en cause au moins quatre personnes de plus d’une famille
  • pendant une durée qui peut être assez brève (“quelques heures ou moins”).

Ces actes conflictuels renvoient à “l’exigence de survie et/ou d’affirmation collective” d’un groupe. Il est intéressant de constater que, dans la construction de cette catégorie, la rébellion renvoie aux besoins spécifiques de la communauté de référence, donc à une forme d’autonomie des corps sociaux, en décalage, voire en conflit, avec des institutions qui ont souvent leur dynamique propre, en lien avec l’essor croissant du pouvoir royal.

La plupart de ces événements supposent en effet, intuitivement, une confrontation avec des autorités, par où on retrouverait ici une dimension fondamentale de la rébellion évoquée au début de ce texte. Mais pour autant celle-ci n’apparaît pas explicitement dans le cadre fixé par J. Nicolas, ce qui pose question. C’est qu’il est soucieux de faire place à “des formes violentes de défoulement collectifs, aux rivalités de quartier ou de paroisses, aux tumultes d’écoliers, à des dérapages festifs” (p. 27) qui mettent en présence des égaux et ne confrontent les acteurs, au moins dans un premier temps, à aucune autorité, même modeste. Dans un cas très spécifique, celui des grèves, il écarte par ailleurs le critère discriminant de la violence – sauf à dire que, dans le contexte socio-juridique du temps, le fait même de faire grève représente une violence exercée sur des acteurs et des biens privés, ce qui n’est pas ici pleinement satisfaisant.

Doit-on supposer que c’est cette ouverture, sinon cette ambigüité, qui a finalement incité J. Nicolas à préférer rébellion, à ses yeux plus complexe, à la plus explicite “révolte”, dont G. Aubert constate pour sa part sans ambigüité (Révoltes et répressions, p. 4) qu’elle se produit “nécessairement contre une autorité” ? Serait-ce parce que la notion de révolte, comme on l’a vu plus haut avec Y-M Bercé, suppose a priori un mouvement important, là où J. Nicolas veut retenir aussi les perturbations de faible ampleur ?

Quoi qu’il en soit, on peut apprécier de façon différente le choix effectué : positivement, en ce qu’il permet de ratisser large ; ou moins favorablement, en ce qu’il rend finalement délicat de tracer des frontières avec la criminalité “ordinaire” (par exemple pour des évasions de prison) ou avec certaines formes de violences intercommunautaires. Il brouille ainsi (à dessein ?) la relation qui paraissait centrale entre violence et rapport aux autorités, du moins à la marge.

Les mots des autorités

Or il faut préciser que, plus que des “mots du désordre”, sédition, révolte, et rébellion tout autant, sont d’abord des mots maniés voire manipulés, par des autorités. Elles sont ainsi engagées dans un processus de définition des actes commis, processus qui est en lui-même, d’ailleurs, un objet et un enjeu de lutte. Il en va ainsi quand un officier, attaqué par un groupe, dénonce une “rébellion” contre un serviteur du roi, alors que ses agresseurs assurent s’en prendre à lui à titre personnel et non ex officio, et parlent de règlement de compte.

Si de telles notions sont finalement unifiantes, c’est donc bien dans le rapport à la répression, c’est-à-dire avant tout par et pour les autorités. Et ce même si certains acteurs peuvent de leur côté revendiquer un “devoir de révolte” comme on le constate aux XVIe et XVIIe siècles, explicitement au sein de la noblesse et au moins implicitement dans de nombreux soulèvements populaires.

Mais en amont de ces réflexions et quelle qu’en soit la pertinence, il n’en reste pas moins que la définition de la rébellion telle que Jean Nicolas l’a élaborée offre un double intérêt : celui, très concret, de permettre de constituer un corpus ; celui, plus intéressant sur le plan historique évidemment, de faire apparaître de nombreux événements conflictuels longtemps restés dans l’ombre et de leur donner sens.

Mais il faut alors se confronter à une difficulté méthodologique, dès lors qu’un mouvement violent ne relève pas d’un lieu unique et d’une action ponctuelle. Comment déterminer alors la taille de l’unité rébellionaire jugée légitime pour constituer un item pertinent dans le répertoire d’ensemble de la rébellion française ? Dans son livre, J. Nicolas présente aux pages 431-436 le cycle d’agitation connu en Vivarais sous le nom de Révolte des Masques (janvier-février 1783). L’analyse tente de restituer sa cohérence à ce mouvement. Quant aux fiches qui s’y rattachent, elles sont au nombre de 7, réparties du 31 janvier au 15 février. Mais quand on se penche dans le détail sur la chronologie des événements grâce à un article de Jacques Schnetzler (“La révolte des Masques armés de 1783”, Mémoire d’Ardèche, 1999, n° 62, p. 27-28), on constate qu’un certain nombre d’épisodes violents n’ont pas été intégrés, comme le saccage de la maison d’un procureur le 6 février ou les multiples incidents qui se produisent le lendemain, avec racket, blessure ou destructions à la clé.

On touche ici du doigt, sur un dossier bien documenté, l’écart qui sépare l’approche synthétique du livre, apte à rendre compte d’une façon globalement pertinente d’un événement complexe, et le comptage minutieux des unités destiné en théorie à fournir une totalisation complète des faits rébellionnaires dans le royaume, matrice de courbes et de statistiques diverses. Cela pose évidemment, si on veut user de grands mots, la question du statut de l’événement en histoire. Plus immédiatement, ces remarques sur la taille et le nombre, bien dans la tradition de l’histoire sociale “à la française”, montrent la difficulté qu’il peut y avoir à découper le réel à distance des classements indigènes. Il en irait de même pour ce qui touche aux catégories sociales des acteurs, autre possible objet de réflexion.



Crédits images

Icons made by Power Fitgh free icon from www.flaticon.com

Icons made by Eucalyp from www.flaticon.com

Icons mabe by Text Box free icon from www.flaticon.com



Citer ce billet
Philippe Hamon (2022, 7 avril). Qu’est-ce qu’une rébellion ? L'atelier d'Obardi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh4y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search