Catégories
Économie Histoire Humanités numériques Interdisciplinaire Pour les non-spécialistes

Discuter l’ontologie

Avant de commencer à travailler sur l’ontologie ObARDI – provisoirement dénommée Historical Hierarchical Territory (HHT) – nous avons réalisé un inventaire des ontologies existantes. Il s’agissait de déterminer celles potentiellement utiles pour le projet et dont nous pouvions récupérer les concepts. Voir de quelle manière nous pouvions les utiliser a donné lieu à des échanges entre les tenants de chaque discipline lors d’une séance du séminaire interne d’ObARDI. Les résultats de ces échanges sont reproduits ci-dessous afin d’éclairer les chercheurs – notamment en SHS – qui s’interrogent sur l’intérêt des ontologies pour leurs recherches ou projets.

Les questions abordées lors de nos débats ont été de plusieurs sortes :

  •  Disciplinaires: à quoi peut servir une ontologie pour des historiens ? Est-ce utile d’en développer une nouvelle quand existent déjà des ontologies historiques comme Symogih ?
  • Opérationnelles : concrètement, que fournit une ontologie ?
  • Conceptuelles : quels morceaux d’ontologies déjà existantes reprendre et/ou adapter aux problématiques sur le passé ?
  • Concrètes : quel intérêt de transformer les informations issues des archives en données et remplir des ontologies avec ?

Pourquoi une nouvelle ontologie en histoire ?

Il existe déjà une ontologie pour le domaine historique : Symogih, un « système modulaire de gestion de l’information historique […] qui a développé un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication sélective. À partir de ce modèle, une  plateforme collaborative  pour la recherche en histoire a été mise en place, utilisée par plusieurs chercheurs et projets. »

Une ontologie est toutefois réalisée pour un domaine de connaissance donnée : elle ne peut donc pas correspondre entièrement à ce que l’on veut représenter dans un contexte donné ; il faut donc l’adapter. Pour cela, il est nécessaire d’articuler différents types d’ontologies entre elles :

  • des ontologies de haut niveau (*Top-Level Ontology*), dont les concepts présentent le plus haut degré d’abstraction et de généralité.
  • des ontologies spécialisées, représentant les concepts de domaines donnés (ici, le passé). Elles détaillent et spécialisent les concepts de l’ontologie de haut niveau.

Pour notre ontologie historique, nous n’allons donc pas reprendre l’intégralité de Symogih, qui est un modèle générique de stockage des données historiques, c’est-à-dire une ontologie de haut niveau ; par contre, si certains aspects de l’ontologie nous intéressent – par exemple les notions d’acteur ou d’évènements pour les rébellions – ils seront amalgamés à HHT. À l’inverse, si des aspects sont manquants, nous allons chercher du côté d’autres ontologies des « briques » conceptuelles à importer.

Par exemple, les aspects géographiques et temporels, les concepts sur les sources ou sur la critique des archives ne sont pas vraiment pris en compte par Symogih. Nous allons donc nous attacher à regarder du côté des ontologies de la statistique (TSN et TSN-Change), des archives (RIC) et de la biologie (Micropublication).

Enfin, si aucune ontologie ne propose les concepts spécialisés dont nous avons besoin, nous les développerons. L’ensemble participera ainsi à enrichir les schémas conceptuels des ontologies sur le passé.

Que fournit une ontologie pour un chercheur en SHS ?

Devant la complexité d’une ontologie, la question du rapport coût/bénéfice est l’une des premières énoncée : quel intérêt à développer une ontologie ? Pour les historiens qui ont passé des décennies à élaborer des bases de données nombreuses, très spécialisées et – à quelques rares exceptions – incapables de communiquer entre elles, les ontologies constituent une avancée voire une solution pour dépasser les culs-de-sac techniques.

Les ontologies fournissent en effet un vocabulaire structuré autour de métadonnées, ce qui permet de parler un même langage, que l’on soit économiste, historien ou informaticien. Utiliser ce vocabulaire partagé est l’occasion de nommer et d’identifier des concepts qu’on ajoute comme description aux sources, ce qui est gage d’une interopérabilité nouvelle pour les travaux numériques sur le passé.

Mieux encore, les ontologies ajoutent de la logique et du raisonnement pour automatiser le traitement des données afin de déduire de nouvelles connaissances. C’est le principal avantage des ontologies sur les bases de données : pas besoin de remplir tous les champs, certains sont remplis automatiquement par des mécanismes de raisonnement.

Il est de plus possible de mettre en place des raisonnements automatiques pour aider les utilisateurs à identifier de quoi parle chaque élément d’un texte. Pour y parvenir, les termes sont associés/rattachés à des concepts ou à des relations entre concepts. Les règles logiques qui définissent les concepts favorisent la mise en place d’un traitement automatique des langues (TAL) sur les ressources. Concrètement, le TAL repère dans chaque paragraphe des mots identifiés dans l’ontologie comme désignant un concept particulier. Ce traitement permet de mettre le développement d’algorithmes pour automatiser la saisie, en suggérant des éléments pour décrire les ressources ; par extension, il amène aussi à se questionner : comment représenter les contextes du passé dont la persistance est très relative ? Il nous faut ainsi prendre garde au caractère situé et local des langages, en distinguant le langage étique des enquêteurs du langage émique des enquêté.

Penser l’agencement d’une ontologie : points de vue disciplinaires

Économie

Dans le cadre de l’analyse empirique, l’idéal pour obtenir une interprétation causale d’une différence entre deux groupes est de considérer une variation quasi-expérimentale entre deux unités comparables en tout point sauf l’élément perturbateur – par exemple comparer deux communes voisines insérées dans le même réseau institutionnel. Sans cette grille d’expérimentation, les comparaisons ne sont pas appropriées.

Penser l’ontologie permet aussi de renouveler la réflexion sur la nature du territoire : jusqu’à présent, les économistes imposent explicitement cette structure de façon exogène et regardent des cellules de plus en plus petites, en disant que c’est un territoire cohérent. Toutefois, si on s’intéresse à tel ou tel acteur, la réalité du territoire va être différente : les relations entre acteurs vont varier et le territoire sera donc légèrement différent. L’idée qui sous-tend l’utilisation de l’ontologie consiste alors à « endogénéiser » les unités d’observations dans la façon de faire l’analyse. Il ne s’agit plus d’imposer de façon exogène telle unité ou tel territoire comme cadre d’analyse mais plutôt le faire dépendre de ce qu’on veut analyser.

Histoire

Relire les grandes enquêtes historiques

Le premier intérêt de ce travail sur les ontologies est de relire les grandes enquêtes quantitatives du siècle dernier afin de revenir sur la régularité et la précision de leurs données, sur leur grand nombre. L’ontologie permet de relier ces enquêtes entre elles et donc de complexifier les anciennes catégories d’analyse en introduisant du qualitatif – c’est -à-dire en nommant les choses (catégories, liens entre elles, nomenclatures etc.). Il s’agit ici de s’affranchir du principal reproche fait à l’histoire quantitative dans les années 70 : le caractère fixe des catégories employées et leur caractère construit, qui constituent un a priori pour saisir la réalité passée.

Au contraire, l’ontologie permet d’allier le travail sur le grand nombre et un raffinement sur les catégories provenant de la nécessité de dire « ce que c’est », en des termes les plus génériques possibles. Et donc de travailler en 3 dimensions : les 2 dimensions « descriptives » du tableau des enquêtes quantitatives et une 3ème dimension de « profondeur » grâce à l’intégration dans l’ontologie de la critique historienne des sources et des autres travaux d’historiens.

Pour notre objet, cette approche permet d’épaissir et de densifier ce qu’on entend par « paroisse », et de travailler le concept « d’administration » en profitant de toutes les enquêtes précédentes et de leur régularité, en brisant le caractère très rigide de ces catégories pour retrouver la souplesse des institutions d’Ancien Régime. Cette combinaison, alliant un traçage des concepts endogènes avec une approche exogène de type sciences sociales, constitue la principale difficulté lorsque l’on cherche à marier sens quantitatif et qualitatif.

Questionner le caractère construit des catégories et des faits

Le deuxième axe d’approche consiste à questionner le caractère construit des catégories et des faits, avec l’interprétation que l’on en fait. La distinction entre le langage étique/émique pourrait ainsi donner lieu à la création de nouvelles classes dans l’ontologie HHT.

Un moyen d’y parvenir serait de connecter une base quantitative (par ex. issue de la collection Les paroisses & communes de France) avec une enquête qualitative sur un procès de longue durée (plusieurs décennies), où se déploient des configurations de pouvoir local qui font référence à des institutions, à des limites, à des objets présentes dans la base quantitative. Ce faisant, il s’agirait de relier ce qui est lisible pour nous – des structures, des sociétés, des limites… – et la logique des acteurs du terrain – pour qui il y a une communauté – le village –, différents corps sociaux et des configurations de pouvoir.

Définir précisément la paroisse d’Ancien Régime

Dans cet ordre d’idées, le troisième intérêt de cette approche serait de parvenir à définir précisément ce qu’est une paroisse sous l’Ancien Régime. Une paroisse peut être une structure administrative tout autant qu’une structure religieuse, mais dans certains cas – par exemple le Midi –, ce n’est pas vraiment une structure administrative tandis que dans d’autres cas – dans l’Ouest du royaume – ça l’est complètement. Parvenir à les définir revient à ses heurter à un faisceau de complexités liant concepts endogènes/exogènes, changement dans le temps/dans l’espace.

Pour aller plus loin, lire Sous le SIG d’ObARDI : les paroisses d’Ancien Régime

Il y a plusieurs façons d’y parvenir :

  • d’abord en permettant à l’ontologie de rendre compte de cette hétérogénéité plus forte que dans l’administration contemporaine, et en mettant cet outil de travail à disposition de façon durable aux autres historiens. Leurs recherches continueraient à la nourrir et à enrichir la définition des paroisses d’une multiplicité d’exemples.
  • Une autre façon serait de combiner dans l’ontologie la paroisse, cellule de base de la pyramide administrative, au niveau local – représentant soit l’entité paroisse, soit l’entité communauté d’habitants. Ce n’est pas exactement la même chose ni les mêmes limites, ce qui pose de nombreuses questions. Comment peut-on de façon pertinente raccrocher la dimension laïque, la communauté d’habitants, avec la paroisse religieuse ?  Comment les autorités jonglent-elles avec ces différentes dimensions : à qui écrivent-elles ? Dans quel lieu se trouve-t-on ?

L’idée serait alors de jouer sur les 2 niveaux : la paroisse serait ainsi la plus petite cellule d’une organisation hiérarchisée à l’échelle du royaume et en même temps, une cellule qui, localement, peut fonctionner un peu différemment. Selon cette approche, on dégagerait 3/4 modèles de fonctionnement (Le Midi, l’Ouest…) afin mettre en évidence les articulations entre elles à différentes échelles.

Le droit et le contentieux

 Sous l’Ancien Régime, un principe important est la localisation du droit : lors d’un procès sur les limites ou usages d’un territoire, le juge ordinaire (qui juge en premier ressort) ne connaît pas forcément la coutume (écrite ou non) du village qui veut défendre un droit. Les plaignants doivent faire la preuve de fait de ce qu’ils dénoncent (par ex. : »Mr de Montastruc nous a empêché de glaner ») et la preuve de droit, qui est forcément locale. En conséquence, le droit est local ; il fait moins référence à une loi qui serait similaire et valable partout (notre conception contemporaine du droit) qu’à un savoir local. Il est par ailleurs lié aux statuts individuels des plaignants (les protestants ont par exemple leur juridiction).

Les historiens pensent donc l’administration en termes de limites et de conflits. Sous l’Ancien Régime, le procès commence quand il y a un conflit sur les limites : s’il n’y a pas de conflits de limites, il n’y a pas de procès. Et le conflit juridictionnel constitue la matière même du droit d’Ancien Régime qui n’est qu’une tension : tension entre le droit local, le droit du roi, d’autres droits ,et ils passent leur temps à se disputer sur les limites.

Dans le même ordre d’esprit, les règles juridiques particulières (privilèges) génèrent des tensions, des troubles, des conflits (voir l’enquête Jean Nicolas). Payer son sel cinquante fois plus cher que dans la paroisse voisine génère ces problèmes, ce qui explique que la contrebande est un fait essentiel de l’Ancien Régime : elle met en tension les espaces juridictionnels et les différents niveaux de privilèges.

Pour aller plus loin, lire L’enquête Jean Nicolas sur les révoltes en France (1661-1789)

Informatique

À venir


Citer cet article de blog : Sébastien Poublanc. "Discuter l’ontologie". L'atelier d'Obardi (blog). 17/02/2022. https://obardi.hypotheses.org/710 [consulté le 27/06/2022]


Crédits

Icons made by Parzival from www.flaticon.com
Icons made by Ivan Abirawa from www.flaticon.com
Icons made by Flat Icons from www.flaticon.com
Icons made by Eucalyp from www.flaticon.com
Icons made by Moon.de from www.flaticon.com
Icons made by Smashicons from www.flaticon.com
Icons made by flatart from www.flaticon.com


Par Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne, ingénieur de recherche contractuel dans l'ANR ObARDI "Ontology-based Ancien Regime Data Intrastructure"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.