Catégories
Atelier de l’historien Histoire Pour les non-spécialistes

L’enquête Jean Nicolas sur la rébellion en France (1661-1789)

Parmi les matériaux à exploiter dans le cadre du projet ObARDI figurent les données accumulées lors d’une enquête sur les révoltes en France entre 1661 et 1789, lancée par Jean Nicolas au début des années 1980. Pour la mettre en valeur et en utiliser à bon escient les données, il n’est pas inutile d’en connaitre les origines et le contexte de production.

Ce billet aura donc quatre objectifs : présenter le “père” de l’enquête et son projet ; exposer à grands traits le déroulement de l’enquête ; rappeler ses principaux résultats ; évoquer les matériaux qui sont aujourd’hui conservés et disponibles.

Le projet d’un historien

En 1973-1974, Jean Nicolas fait paraître dans deux numéros des Annales Historiques de la Révolution française (1973/4 et 1974/1), un article sur les “émotions populaires” (les révoltes) au 18e siècle en Savoie, province sur laquelle il travaille alors pour sa thèse. Il souligne qu’il s’agit pour lui de la première étape d’un projet d’enquête qu’il voudrait élargir à l’ensemble de la France.

Né en 1928, Jean Nicolas enseigne alors l’histoire moderne (la période 16e-18e) à l’université Paris VII, où se déroulera ensuite toute sa carrière jusqu’a sa retraite en 1994. Origines protestantes et convictions marxistes conduisent ce spécialiste d’histoire sociale à prêter une attention particulière aux résistances populaires de la période dont il est spécialiste : les années 1661-1789. Il parle même à ce sujet d’un choix “existentiel et intellectuel”. Il considère les situations conflictuelles comme un moteur de l’histoire et il cherche à montrer qu’elles jouent un rôle au cours de cette période, alors qu’on jugeait dans les années 70 que le temps des révoltes populaires s’était achevé au milieu du 17e siècle. Ce faisant, J. Nicolas veut redonner à l’action populaire une “cohérence conflictuelle et créatrice”. Il cherche à montrer que le peuple agit avec rationalité et que son action, dans les épisodes de conflit, produit du neuf sur le plan politique : le peuple est un acteur réflexif de sa propre histoire et de l’Histoire.

Il est dès le départ l’animateur essentiel de ce projet qui lui tient très à cœur. Cependant la mise au point concrète de l’enquête dans les années 1982-1983 est collective car J. Nicolas consulte de nombreux historiens “modernistes” pour en définir le cadre et les outils (Yves-Marie Bercé, Denis Richet, Hugues Neveux…). C’est alors que sont cernés les principaux enjeux et le périmètre de l’enquête. Concrètement, une grille de dépouillement très élaborée, destinée à garder trace de chaque “événement” repéré, est mise au point. Il s’agit en effet de procéder massivement, et de façon accumulative, en enregistrant toutes les traces des “émotions populaires” de la période. Chacune doit faire l’objet d’une fiche propre et être intégrée au sein d’une typologie très élaborée (émeute anti-seigneuriale, anti-fiscale, contre divers agents de l’Etat, d’une municipalité, de l’Eglise catholique etc.)

Une ambition collective

Après cette phase de gestation, l’enquête est lancée en 1983. Pour recueillir les informations, Jean Nicolas qui est en poste à Paris se tourne vers ses pairs : les professeurs d’histoire moderne de l’ensemble des universités de province. Il les contacte pour leur proposer de participer à l’enquête, soit directement, soit en mobilisant des étudiants de maîtrise (ancêtre du master) ou de thèse. Grâce à eux, J. Nicolas espère quadriller tout l’espace français en articulant empiriquement trois dimensions territoriales : la géographie “provinciale” de la France d’Ancien Régime, la répartition des pôles universitaires et une véritable “départementalisation” de l’enquête dans la mesure où les archives départementales sont considérées comme les gisements de sources privilégiés. La démarche retenue suppose un attachement commun à une approche quantitative et sérielle des faits sociaux et au principe d’un classement des acteurs sociaux au sein de groupes “macros” c’est-à-dire de classes sociales ou de catégories socioprofessionnelles. Et cela, alors que ces deux approches méthodologiques font l’objet de remises en cause à la même époque.

Quoi qu’il en soit, les premières fiches produites par les divers enquêteurs parviennent à J. Nicolas dans le courant de l’année 1983 : les sources prospectées manifestent, comme cela était souhaité, une vraie diversité. Un colloque organisé par ses soins en mai 1984, sur le thème “Mouvements populaires et conscience sociale“, correspond à un temps fort de la mise sur orbite de l’enquête. Publié en 1985, le colloque reçoit un assez large écho. La même année, J. Nicolas commence à traiter les fiches qui se sont accumulées. Il est véritablement l’homme orchestre de l’opération : il envoie par la poste les paquets de grilles de dépouillement aux enquêteurs, les récupère et les traite. Toutes passent donc par lui : il les numérote, et les corrige et complète si besoin. Il conserve par devers lui l’ensemble des matériaux qui s’accumulent progressivement. Il se fait même de plus en plus enquêteur, pour combler les lacunes dues aux faiblesses des relais dont il dispose finalement, dans l’espace étudié, et alors que se prolonge la collecte, prévue au départ pour s’achever en 1985.

Il faut dire que les moyens financiers dont elle dispose sont dérisoires. Jean Nicolas a su profiter ponctuellement de financements obtenus grâce aux fonds de la mission du Bicentenaire de la Révolution de 1789, ou à ceux alloués à une grande enquête sur la naissance de l’Etat moderne : l’Action thématique programmée (ATP) “Genèse de l’Etat moderne“, lancée par le CNRS en 1983. Mais, comme souvent dans l’économie de la recherche du temps, la collecte des données n’est pas adossée à un financement institutionnel propre : à de rares exceptions près, elle repose sur le bénévolat des enseignants-chercheurs, voire des étudiants avancés.

Un aboutissement individuel

Pour autant, elle progresse et on voit apparaître, à partir de 1988, de premières utilisations ponctuelles de ses données dans des publications de Jean Nicolas ou d’autres historiens. Fin 1989, 5125 événements rébellionnaires ont été mis en fiche. Mais désormais, il n’y a plus de véritable dynamique collective autour de l’enquête. Si une poignée de collecteurs continue encore à épauler J. Nicolas, c’est de plus en plus sur lui que repose la charge même de continuer la prospection. Celle-ci se prolonge jusqu’en 1999, et dans les cinq dernières années, elle est devenue presque exclusivement le fait de J. Nicolas, désormais en retraite. Son apport global est finalement considérable puisqu’à lui seul il a produit pas moins de 61% des 8528 fiches de l’enquête.

Cette progressive individualisation trouve son aboutissement dans le livre sur La Rébellion française qui paraît au Seuil en 2002. Entièrement rédigé par J. Nicolas, il est publié sous son seul nom. On peut y voir comme une limitation des ambitions initiales, mais il semble plus juste de dire que c’est l’investissement durable et tenace d’une personne qui a permis à l’enquête d’aboutir. J. Nicolas reconnait lui-même qu’il n’est pas en mesure d’exploiter dans son livre tous les matériaux accumulés grâce aux fiches de l’enquête. Pour autant, celle-ci débouche, au bout de vingt ans, sur un ouvrage qui fait date, ce qui est loin d’avoir été toujours le cas pour ce type de collecte de données massives.

Un apport historique précieux

L’ouvrage, dans la prolongation de l’enquête, se concentre sur les violences proprement populaires, sans prendre en compte des mobilisations où le peuple ne serait qu’une force d’appoint, instrumentalisée d’en haut. Il met au jour l’ensemble des actes qui ont comme objet la « mise en question directe des autorités » et la « mise en cause des pouvoirs », avec comme thématique centrale les diverses formes du refus populaire – c’est-à-dire la résistance que les dominés opposent aux initiatives des pouvoirs et autorités qui leur semblent aller contre la justice et contre leurs droits. J. Nicolas a voulu, de façon originale, jeter sur les épisodes de trouble un filet aux mailles très fines.

Loin de ne retenir que les grandes révoltes mettant en mouvement des centaines, voire des milliers de personnes, il fixe un plancher très bas : avec ce changement d’échelle, est retenue toute action de quatre personnes au moins, à condition quelles ne soient pas membres de la même famille, et cela même si leur agitation n’a eu qu’une durée très brève. L’originalité porte aussi sur l’espace étudié. Le territoire de collecte correspond à la France métropolitaine actuelle, Corse incluse. N’oublions pas que la Savoie, matrice initiale du projet, est toujours un territoire étranger en 1789. Le monde colonial en revanche n’a pas été retenu : J. Nicolas avait songé à l’intégrer (en particulier pour les résistances à l’esclavage) mais avait jugé pour des raisons pratiques, que cela était hors de portée dans les conditions du temps.

Grâce à cette démarche, et sur la base d’une approche marxiste clairement assumée, il est en mesure de promouvoir une histoire sociale, populaire et conflictuelle dans laquelle les mouvements de fond impliquent le peuple, et même viennent du peuple. Ceci le distingue de nombre d’approches historiques du 18e siècle où le changement, pour ne pas dire le progrès, est porté pour l’essentiel par les catégories dominantes : bourgeoisie mais aussi noblesse et clergé. “L’enquête Jean Nicolas” a en effet l’immense mérite de mettre à jour une conflictualité populaire qui était pour l’essentiel restée ignorée des historiens. Elle conduit à porter un autre regard sur le 18e siècle français considéré jusque-là, en matière d’agitation intérieure, comme une période “calme”, en dehors de quelques brèves poussées conflictuelles.

Des matériaux exceptionnels

Reste que les résultats de cette immense enquête ne sont pas épuisés par le beau livre de J. Nicolas. En outre, comme toujours en histoire, les matériaux rassemblés sont susceptibles de donner lieu à des interrogations pas envisagées par ceux qui les ont réunis.

Par chance, ces matériaux ont été conservés. Les quarante boites qui abritent les fiches de l’enquête ont été confiées en 2015 par Jean Nicolas à l’université Rennes 2, grâce à l’intervention de Gauthier Aubert. Elles sont désormais conservées à la bibliothèque François Lebrun. Ces fiches “lourdes” (chacune porte des données étalées sur 8 pages) comportent de nombreuses données susceptibles d’un traitement quantitatif qui est loin d’avoir été épuisé par l’exploitation faite dans La Rébellion française. En outre, d’importants éléments qualitatifs sur chaque événement sont aussi enregistrés, ce qui souligne au passage la volonté de J. Nicolas et de son équipe de “ratisser large” en matière de collecte d’information. Il y a là aussi à glaner pour la suite…

Fiche Jean Nicolas. Tous droits réservés bibliothèque François LeBrun

Outre les 8528 fiches directement exploitées, on trouve d’ailleurs dans ces quarante boites un certain nombre de doublons ou de fiches écartées par J. Nicolas après examen des apports des divers collaborateurs : ces fiches mises de côté permettent de mieux cerner les logiques de l’enquête telle que son animateur la concevait.

Et ce n’est pas tout : le fonds déposé à Rennes 2 comprend aussi une importante documentation sur le travail d’enquête (carnet de suivi de Jean Nicolas, correspondance…). C’est un matériau complémentaire très riche pour réaliser une “enquête sur l’enquête”, au delà des éléments descriptifs présentés ici.

Cela sera donc sûrement l’occasion d’un nouveau billet sur ce blog !


Citer cet article de blog : Philippe Hamon. "L’enquête Jean Nicolas sur la rébellion en France (1661-1789)". L'atelier d'Obardi (blog). 02/11/2021. https://obardi.hypotheses.org/460 [consulté le 24/05/2022]


Crédits

Icons made by Freepik from www.flaticon.com
Icons made by Freepik from www.flaticon.com
Icons made by Freepik from www.flaticon.com
Icons made by Becris from www.flaticon.com
Icons made by Smashicons from www.flaticon.com
Icons made by Smashicons from www.flaticon.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.