Catégories
Humanités numériques Interdisciplinaire Pour les non-spécialistes

Le blog : organiser l’espace décentré de la conversation scientifique

Pourquoi créer un carnet de recherche dans le cadre d’un projet ANR ? Comment l’alimenter, quels formats d’articles privilégier et quelles traditions disciplinaires embrasser, ? Si les historiens utilisent abondamment des blogs, ce n’est par exemple pas le cas des informaticiens. Surtout, quel fonctionnement collectif adopter dans un projet qui ne mobilise pas tous ses membres à la même hauteur ni dans la même temporalité ? Partant de ces questionnements, voici quelques éléments de réflexion qui ont guidé le projet éditorial de ce carnet. 

Alors même que le programme ANR débutait en janvier 2021, il semblait important de prendre le temps de réfléchir sur le carnet et de déterminer une politique éditoriale claire. Nous avons donc passé en revue un certain nombre de blogs dont le contenu nous plaisait, comme ceux de Caroline Muller ( Acquis de conscience. Histoire(s) de XIXe siècle), d’Aurore Turbiau (Littératures engagées.Féminisme et lesbianisme dans l’histoire littéraire) ou d’Émilien Ruiz (Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie) ; d’autres sites et blogs, en français – Politika, EHNE ; et en anglais : le blog du CEPR, celui de l’Economic History Society (The Long Run) ou encore Broadstreet. L’ensemble a servi à structurer notre réflexion sur les publics et les types de contenus à proposer.

Agencer l’espace de la conversation

De prime abord, il était clair que le carnet devait occuper une place centrale dans le processus de réflexion du projet, étant à la fois l’infusoire de nos cogitations et – nous l’espérons – un carrefour d’échanges avec les publics. Dans cette optique, choisir hypotheses.org plutôt que des plateformes plus locales a été une évidence : sa faculté de promouvoir les contenus publiés dans différentes langues sur ses portails linguistiques nous paraît essentielle. 

Le projet est en effet destiné à s’adresser tant aux anglophones qu’aux francophones. Ce qui n’est pas sans poser question : doit-on ouvrir un blog dont l’interface et le contenu sont exclusivement en anglais ou mélanger l’ensemble des langues sur le carnet actuel ? La question est en débat et nous sommes preneurs de tous les avis sur le sujet. Par ailleurs, le carnet est pensé comme un objet multimédia et évolutif. Multimédia, puisque nous ne pensons pas que seul le format textuel y a   droit de cité : nous donnerons à voir et à entendre des articles intégrant des flux audio et/ou vidéo. Évolutif aussi : il s’agit d’enrichir et de tenir à jour les articles en intégrant des retours réflexifs (typiquement issus de Twitter) ou en y ajoutant de nouveaux contenus. 

Cet agencement se double d’une réflexion – amorcée il y a bien des années ici et – sur le type de propos à développer : nous souhaitons faire de cet espace un outil de vulgarisation scientifique à destination d’un public non-spécialiste tout autant qu’un lieu de dialogue entre pairs. C’est pour cela que nous proposons la lecture de deux types d’articles spécifiques, doublés par un cheminement thématique et disciplinaire au sein du carnet. Ainsi aménagé, nous espérons que cet espace permettra l’établissement de cette conversation scientifique chère à Marin Dacos et Pierre Mounier

Une place particulière est réservée à l’iconographie : entièrement en licence CC by, elle est à la fois illustrative et visuelle. Nous profitons ainsi de la plasticité de l’éditeur Gutenberg pour faire figurer illustrations de sources, schémas, illustrations diverses… au plus près du propos. Le choix des images se double d’une réflexion sur la charte graphique du blog et sur la versatilité des objets numériques. Des icônes en flat design sont ainsi utilisées en lien avec le titre de l’article et son chapô, afin d’identifier à partir d’une image le thème de l’article. 

Enfin, aménager l’espace de la conversation, c’est aussi dévoiler l’atelier du projet au sens qu’en donne Antoine Prost dans ses Douze leçons sur l’histoire. Il s’agit ainsi de montrer une pratique interdisciplinaire qui relève d’un apprentissage collectif, sans règle qu’on puisse appliquer automatiquement ni systématiquement, où tout est affaire de dosage, de doigté, de compréhension – c’est ce qui donne son nom au carnet. 

Dans cette perspective éditoriale, faire de notre carnet un support réflexif se fait au détriment d’un support de communication institutionnelle spécifique – choix souvent effectué pour les carnets adossés à des projets de recherches. Nous avons en effet fait le choix de faire connaître le projet par nos réflexions, par la disputatio qu’il peut générer plutôt que par ses actualités. C’est, à notre sens, l’une des caractéristiques majeures des humanités numériques : réfléchir sur les dispositifs mobilisés, sur ce que l’on écrit, sur la forme de ces écrits et aller à la rencontre de publics sur la Toile. Bien sûr, l’aspect institutionnel n’est pas rejeté du carnet : il n’est simplement pas majoritaire et sert essentiellement à documenter les différentes étapes du projet.

Concevoir le contenu

Pour dévoiler l’atelier du projet, nous avons choisi de prendre en compte les différents publics susceptibles de nous lire mais aussi de réfléchir sur les caractéristiques de la lecture sur le Web. En effet, on n’écrit pas de la même manière entre pairs qu’à destinations de chercheurs d’une autre discipline, ni de la même façon sur un billet de blog et dans une revue scientifique. Il faut donc penser des formats adaptés aux différents types de publics tout autant qu’appropriés aux différents dispositifs de lecture.

Dans cette perspective, le contenu du carnet est organisé autour de trois formats distincts :

  • les billets : messages brefs, conçus pour donner une information rapide sur l’évolution du projet. Ils gardent trace et documentent le processus d’avancement du projet.
  • les pages : statiques, elles servent à présenter le projet, l’équipe ou la communication institutionnelle.
  • les articles : messages relativement longs, horodatés et développant une réflexion sur un objet donné. Principaux supports réflexifs sur le développement du projet, ils relèvent soit de l’article de vulgarisation scientifique soit de l’article de spécialiste :

L’article de vulgarisation effectue un transfert de connaissances et de culture scientifique d’un expert à destination d’un expert d’une autre discipline et utilise un niveau sémantique vulgarisé (par exemple, un article écrit par des informaticiens à destination d’historiens sans faire usage de vocabulaire spécialisé, en expliquant notion et contexte etc.)

L’article de spécialiste s’adresse aux pairs d’une même discipline et conserve un niveau sémantique spécialisé (par exemple un article écrit par des informaticiens à destination d’informaticiens utilisant un vocabulaire spécialisé, n’expliquant que peu notion et contexte). 

Être capable d’expliciter les objets, les concepts et les méthodes de chacune des disciplines qui composent le projet nécessite ces deux degrés d’expression. En conséquence, ces articles doivent permettre l’élaboration et l’archivage d’une Lingua Franca commune aux membres du projet. La question est de première importance dans un projet qui réunit autant de disciplines différentes autour d’un objet essentiellement numérique.

Écrire pour être lu

À l’inverse de la lecture papier, la lecture web impose des comportements différents aux lecteurs : on lit plus lentement et les informations annexes sont plus nombreuses, générant de l’impatience et l’envie de sauter des lignes. Concrètement, le comportement de lecture sur le web prend la forme d’un F-pattern, l’utilisateur parcourant rapidement la page en suivant une forme de « F » pour y trouver des informations. La mise en page doit donc répondre à cette pratique et proposer un contenu adapté. 

L’article de vulgarisation scientifique donne le ton : il doit donner envie d’être lu et pour cela, ne dépasse pas 12000 caractères, volume maximal au-delà du quel le risque est grand de perdre le lecteur ; son titre est court, attrayant et compréhensible par des non-spécialistes – en bref, l’antithèse du titre académique très détaillé et ultra spécialisé. Un chapô introduit le propos en résumant le contenu de l’article ; souligné en gras et doté d’une couleur différente, il complète le titre. De courts intertitres structurent les paragraphes pour donner les informations recherchées dans le balayage du F-pattern. Enfin, les paragraphes se veulent aérés, nécessaire concession à la pluralité des dispositifs utilisés pour lire les articles. 

Le vocabulaire spécialisé doit être évité au maximum, entraînant la reformulation des notions et des contextes et/ou l’utilisation de liens hypertextes pour renvoyer à un site ou une revue grand public (Wikipédia, Larousse, CNRTL, L’HistoireJournal of Economic Perspectives, etc.). Les renvois vers des articles scientifiques sont à proscrire sauf s’ils font preuve de pédagogie et de vulgarisation. 

Les notes de bas de page sont interdites : elles alourdissent la navigation alors même que ce type d’article n’a pas besoin d’un appareil critique. Dans le même ordre d’idée, la bibliographie est rejetée en fin d’article et limitée à 10 références maximum – le lecteur curieux aura ainsi la possibilité de prolonger la lecture. 

Tous ces critères sont repris dans l’article de spécialiste, de sorte que les différences ne sont pas si importantes : il est plus gros (jusqu’à 14 000 caractères), peut renvoyer à des articles scientifiques, possède des notes de bas de page et une bibliographie présente dans le corps de texte. Il donne aussi accès aux données hébergées sur le dataverse d’ObARDI : il nous semble en effet crucial de donner à voir et à critiquer les données produites dans le cadre de la recherche. Ce faisant, nous entendons réfléchir sur les modalités d’administration de la preuve et sur ce qui peut constituer un apparat critique numérique. Ces singularités relèvent de la dualité de ce type d’article : il est un papier à destination d’un lectorat qui possède les connaissances nécessaires à sa compréhension ; il est aussi un objet qui sera réutilisé dans d’autres formes de productions scientifiques, article ou ouvrage.

Un schéma éditorial global

Si le carnet constitue la pierre angulaire de notre processus réflexif, il n’est pas pour autant le seul. Toujours dans l’optique d’être lus par le plus grand nombre, nous souhaitons proposer des articles thématiques à des médias déjà installés et bénéficiant de leur propre communauté – nécessairement plus vaste que la nôtre. Un tutoriel sur l’utilisation de l’éditeur d’ontologie Protégé par les historiens pourrait ainsi être proposé au blog La boite à outils des historien.nes ; un article sur les raisons pour lesquelles l’économétrie a besoin d’informations sur le passé et pourquoi ce n’est pas de l’histoire serait susceptible d’intéresser des blogs d’économie ; un débat entre économistes et historien.nes sur la nature des données historiques pourrait donner lieu à un podcast sur Paroles d’histoire

Surtout, nous souhaitons que ces billets soient discutés lors de manifestations scientifiques ou sur les réseaux sociaux, amenant ainsi les membres du projet à faire évoluer leur recherche ou donnant lieu à la réécriture de certains billets. À ce titre, nous avons décidé de ne pas ouvrir de compte Twitter dédié à ObARDI ; nous souhaitons au contraire utiliser nos comptes respectifs comme relais auprès de nos abonnés respectifs. Cette pratique nous paraît plus efficiente et gage d’une plus forte discussion qu’un unique compte institutionnel. 

Enfin, l’ensemble de ce schéma sert aussi à préparer les productions scientifiques à venir. Les articles de vulgarisation ou de spécialistes, enrichis des discussions sur Twitter ou en présentiel serviront de socle pour la rédaction d’articles scientifiques, de Data Papers – ou encore pour préparer le rapport d’activité de mi-parcours !


Citer cet article de blog : Sébastien Poublanc. "Le blog : organiser l’espace décentré de la conversation scientifique". L'atelier d'Obardi (blog). 02/11/2021. https://obardi.hypotheses.org/415 [consulté le 27/06/2022]


Crédits image

Icons made by Good Ware from www.flaticon.com
Icons made by Eucalyp from www.flaticon.com
Icons made by xnimrodx from www.flaticon.com
Icons made by Prosymbols from www.flaticon.com
Icons made by iconixar from www.flaticon.com


Par Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne, ingénieur de recherche contractuel dans l'ANR ObARDI "Ontology-based Ancien Regime Data Intrastructure"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.