Catégories
Articles Atelier de l’historien Data Économie État Géographie Histoire Humanités numériques Informatique Interdisciplinaire Ontologie Pour les non-spécialistes Pour les spécialistes Rébellion

ObARDI : une introduction

ObARDI est un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche de janvier 2021 à janvier 2025 dans le cadre de l’Appel à projets générique 2020. Il se situe dans le CE38 (Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture), axe interdisciplinaire liant sciences du numérique et sciences humaines et sociales.

L’objectif est d’améliorer la compréhension des dynamiques de pouvoir qui sous-tendent la construction de l’État moderne en France. En étudiant ses mécanismes de développement et sa manière de représenter un territoire politique, il s’agit de dépasser le métarécit de la construction de l’État qui en freine encore notre compréhension (Blockmans et Genet, 1995 ; Blockmans et al., 2009). En effet, malgré une ressemblance illusoire du vocabulaire, les catégories de l’État et de la société civile qui nous sont naturelles étaient sans doute étrangères aux sujets d’il y a trois siècles. De plus, nos représentations cognitives de ce qu’est un territoire politique restent limitées par un référentiel géographique qui ne s’est construit que progressivement au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Pour dépasser ces difficultés, nous développons un système de représentation des connaissances sur les dynamiques des institutions d’Ancien Régime. Il est fondé sur la représentation et l’organisation d’informations issues de données historiques dans des ontologies informatiques, donnant ainsi l’acronyme du projet : Infrastructure de Données sur l’Ancien Régime fondé sur des Ontologies [“Ontology-based Ancien Régime Data Infrastructure” (ObARDI)]. La construction de cette infrastructure comprend quatre temps.

  • Le premier comprend la constitution d’une vaste base de données sur l’environnement local institutionnel, économique et social de la France des XVIIe et XVIIIe siècles. L’ensemble de ces données fournit une matrice interopérable pour faire l’histoire de l’Ancien Régime.
  • Dans un second temps, les données sont intégrées dans un système d’information structuré par des ontologies formelles et englobantes, décrivant les liens entre les différentes entités de la base ainsi que les sources qui documentent ce matériau.
  • La troisième étape – ouverte en parallèle des deux premières – rend l’infrastructure conforme aux principes de gestion des données FAIR, dans une perspective de données ouvertes liées ; celle-ci est interopérable, accessible à travers une plateforme web ergonomique et constitue un outil pour valoriser l’usage des humanités numériques vers différents publics.
  • Enfin, cet environnement crée de nouveaux outils cartographiques pour mieux représenter les territoires d’Ancien Régime et leurs dynamiques du point de vue des contemporains de l’époque. Cet aspect de notre projet présente les territoires d’Ancien Régime comme un feuilleté mouvant d’institutions dont les frontières sont structurées par des relations de pouvoir internes.

Une matrice pour l’Ancien Régime

Les années 1960 et 1970 ont été marquées par le développement sans précédent de larges enquêtes collectives d’histoire quantitative. Elles ont eu pour ambition de créer de larges bases de données à partir des sources historiques pour questionner le concept de longue durée (Furet, 1971). Mais ces efforts se sont heurtés au scepticisme et aux désillusions nés du tournant culturel en histoire dans les années 1980 (Béaur, 1996, Lemercier et Zalc, 2019), aboutissant à la fin de la prédominance de ce type de recherche. Les formats informatiques successifs n’ont pas permis de conserver la majeure partie de ces données : la plupart du temps, elles restent inaccessibles aux chercheurs.

Gérard Béaur, “Séries économiques françaises (XVIe-XVIIIe siècles)” [compte-rendu], Annales ESC, p. 1137-1184, d’après Jacques-Yves Grenier (1985). [En ligne], n°5 | 1989

En ces temps de renouveau de la quantification dans les recherches historiques (Ruggles, 2021), ObARDI entend rassembler la masse de connaissances accumulées sur les cinquante dernières années par quelques-uns de ces grands projets et à les rendre accessibles à la communauté, de façon pérenne et dans une structure unique. Il s’agit par ailleurs de créer de nouvelles sources de connaissances en mobilisant et en numérisant un large éventail d’archives historiques. En prenant en compte les erreurs du passé, notre infrastructure est pensée comme une matrice capable d’incorporer les données collectées à l’avenir par d’autres chercheurs et d’autres projets de recherche.

Fonds Jean Nicolas, tous droits réservés Bibliothèque François Lebrun, Université Rennes 2

Dans ce cadre, la matrice d’Ancien Régime se compose de quatre volets :

  • un volet institutions
  • un volet démographie
  • un volet infrastructures
  • un volet rébellions

Afin de permettre l’interopérabilité et les comparaisons entre ces différents volets, un cadre d’analyse commun est constitué par les paroisses fiscales de 1789, la plupart ayant été par la suite érigées en municipalités dans les années 1790, puis en communes à partir de 1800. Bien entendu, ce cadre ne correspond pas toujours à celui des différentes sources ; néanmoins, l’utilisation d’ontologies permet de rapprocher ces dernières de ce cadre, et de faire ainsi la jointure entre le cadre des paroisses d’Ancien Régime et celui des communes après la Révolution.

Lire : “L’enquête Jean Nicolas sur les révoltes en France (1661-1789)” et “Sous le SIG d’ObARDI : les paroisses d’Ancien Régime

Ontologies et données historiques

Le second chantier d’ObARDI entend intégrer ces données historiques hétérogènes dans un système d’information pleinement structuré. Au cours des vingt dernières années, les historiens ont dû faire face aux problèmes d’hétérogénéité sémantique des concepts et vocabulaires utilisés pour classifier et nommer les données historiques et leur interprétation. Les ontologies et vocabulaires contrôlés ont été l’un des moyens explorés pour faire face à ce problème, comme l’a fait par exemple l’ontologie CIDOC-CRM consacrée au patrimoine culturel.

Proche de notre projet, le LARHRA a récemment développé le projet symogih.org, une ontologie générique spécifiquement dédiée à la structuration des données historiques et prenant en compte les différents aspects de la méthodologie historique (Beretta, 2017). À côté de la réutilisation de certains éléments de symogih.org, ObARDI entend aussi développer un certain nombre d’ontologies – alignées avec des ontologies existantes comme TSN (territorial statistical nomenclature) et TSN-Change (Bernard et al. 2018) pour la géographie, Records in Contexts (RiC) pour les sources, ou encore Micropublications (Clark, Ciccarese, and Goble, 2014) pour la critique des sources.

Cet ensemble d’ontologies permet de décrire les trois principaux champs de l’ontologie d’ObARDI : celui des institutions et de ses acteurs ; la géographie et la temporalité des unités de bases – incluant leurs liens avec les institutions – ; les sources qui sous-tendent l’ensemble des informations dans ce contexte.

Pratiques de recherches FAIR

Afin de répondre à la crise de la reproductibilité, qui s’étend à présent aux sciences sociales, nous souhaitons placer ObARDI au cœur du mouvement pour la science ouverte et mettre en place des pratiques de recherche qui suivent les principes FAIR (Wilkinson et al., 2016). Un exposé concis de ces pratiques est décrit dans notre Plan de Gestion de Donné. Ces pratiques sont par ailleurs fortement recommandées par le Plan National pour la Science Ouverte.

Pour rendre les données de notre infrastructure accessibles, interopérables, et réutilisables, le choix de l’entrepôt dans lequel sont déposées les données issues d’ObARDI est crucial, car nombre de ces éléments sont gérés par celui-ci. Le paysage des entrepôts de données évolue rapidement, avec de nombreuses possibilités comme Dataverse, Figshare, ou encore Zenodo. Par ailleurs, le collège Données de la recherche du comité pour la science ouverte (CoSO) porte en ce moment un certain nombre de réflexions intéressantes sur la faisabilité d’un service générique d’accueil et de diffusion de données au niveau national. À priori, nous nous dirigeons cependant vers un dépôt de long terme sur PROGEDO-ADISP, partenaire de ce projet via la MSHS-T. En effet, PROGEDO est en passe d’être labelisé par le Core Trust Seal, ce qui garantit un certain nombre critères compatibles avec les pratiques FAIR.

Il est néanmoins certain que nous privilégions un accès ouvert à tous au travers d’une Licence Ouverte de type CC BY 4.0. L’ensemble des données doit être accessible via une plateforme web, plateforme dont l’élaboration nécessite une réflexion approfondie sur les pratiques de médiations numériques afin de toucher tant les historiens que les économistes quantitatifs ou les informaticiens (Liquète, 2015). Dans cet esprit, une partie de nos pratiques et résultats doit faire l’objet de data papers, qui présentent une nouvelle forme de diffusion des données issues de la recherche.

Enfin, une attention particulière est portée à ce carnet de recherche Hypothèses que nous voulons au cœur de notre effort de médiation et de diffusion du projet envers nos communautés scientifiques respectives. Appelé « L’Atelier d’ObARDI », il s’inscrit dans la tradition de la conversation scientifique décentrée appelée de leurs vœux par Marin Dacos et Pierre Mounier. Loin d’être seulement la vitrine institutionnelle du projet, il entend documenter son processus réflexif et produire des billets de blogs réguliers exposant nos avancées, les débats d’idées liés à l’application concrète des humanités numériques mais aussi les échecs et les culs-de-sac.

Lire “Le blog : organiser l’espace décentré de la conversation scientifique

Un projet, des projets

Pour finir sur cette présentation succincte du projet ObARDI, il faut noter l’existence d’un certain nombre de projets connexes au nôtre. Il convient par exemple de citer le projet ANR Communes qui vise à cartographier les limites des 41 000 communes métropolitaines, existant ou ayant existé depuis 1790, mais aussi à reconstituer le réseau des voies routières, fluviales et ferroviaires de la France de 1700 à 2020.

Il y a aussi le projet Cassini qui élabore un référentiel géohistorique à l’échelle de la France métropolitaine sur cette période – on peut voir une présentation vidéo de ces deux projet ici. Il y a enfin le projet HISCoD (Historical Social Conflict Database), qui reprend le fonds Jean Nicolas dans une perspective comparative. Nous espérons que des synergies pourront être créées entre ces projets dans une perspective de science ouverte.

Bibliographie

Béaur, Gérard. 1996. « Âge critique ou âge de raison ? Les dix ans d’Histoire & Mesure ». Histoire & Mesure, 1996 volume 11 – n°1-2. Varia.

Beretta, Francesco. 2017. « L’interopérabilité des données historiques et la question du modèle : l’ontologie du projet SyMoGIH. » Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel. Enjeux numériques pour les médiations scientifiques et culturelles du passé, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Bernard, Camille, Marlène Villanova-Olivier, Jérôme Gensel, and Hy Dao. 2019. “Modeling Changes in Territorial Partitions Over Time: Ontologies TSN and TSN-Change.” SAC ’18, 866–875.

Blockmans, Wim et Jean-Philippe Genet, éd. 1995. The Origins of the Modern State in Europe, 13th to 18th Centuries. 7 vol. Strasbourg/Oxford : European Science Foundation / Clarendon Press.

Blockmans, Wim, André Holenstein, Jon Mathieu et Daniel Schläppi, éd. 2009. Empowering Interactions. Political Cultures and the Emergence of the State in Europe 1300-1900. Farnham/Burlington : Ashgate.

Clark, Tim, Paolo N. Ciccarese, and Carole A. Goble. 2014. “Micropublications: A Semantic Model for Claims, Evidence, Arguments and Annotations in Biomedical Communications.” Journal of Biomedical Semantics, 5(1).

Furet, François. 1971. « L’histoire Quantitative et Construction Du Fait Historique ». Annales. Histoire, Sciences Sociales 26 (1). Cambridge University Press : 63-75.

Lemercier, Claire et Claire Zalc. 2019. “Quantitative History from Peak to Crisis” in Quantitative Methods in the Humanities: An Introduction. Charlottesville/London : University of Virginia Press.

Liquète, Vincent. 2015. “L’Accessibilité Web comme Porte et Enjeu de Médiation des Savoirs.” Distances et Médiations des Savoirs, 12.

Ruggles, Steven. 2021. « The Revival of Quantification: Reflections on Old New Histories ». Social Science History 45 (1). Cambridge University Press : 1-25.

Wilkinson, Mark D., Michel Dumontier, IJsbrand Jan Aalbersberg, et al. 2016. “The FAIR Guiding Principles for Scientific Data Management and Stewardship.” Scientific Data, 3, 1–9.


Citer cet article de blog : Sébastien Poublanc et Victor Gay. "ObARDI : une introduction". L'atelier d'Obardi (blog). 21/06/2021. https://obardi.hypotheses.org/270 [consulté le 06/12/2021]


Crédits

Icons made by Freepik from www.flaticon.com

Icons made by Freepik from www.flaticon.com
Icons made by Icongeek26 from www.flaticon.com
Icons made by Freepik from www.flaticon.com
Icons made by Freepik from www.flaticon.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.