Catégories
Articles Atelier de l’historien Data Pour les non-spécialistes

Questionner le sens et la nature des données historiques

Préambule : ce billet constitue le premier d’une série dédié à questionner le concept de “données historiques” et fondé sur la communication donnée dans le cadre de DHNord 2023.

Parler de données en histoire semble aujourd’hui aller de soi : à force d’usage, le terme s’est progressivement imposé dans notre répertoire scientifique, en toute discrétion et sans réellement provoquer de débat. Nous l’employons tout à trac pour désigner des informations présentes dans les archives ou des informations issues de l’analyse de ces archives via un traitement informatique – pour ne citer que ces deux cas. Pourtant, le simple fait que ce même terme désigne deux types d’informations différentes devrait nous alerter sur la nécessité de définir précisément ce qu’il recouvre.

Celui-ci est en effet bien plus complexe qu’il n’y paraît et son acceptation n’est pas la même selon les disciples : les historiens comme les informaticiens le chargent chacun d’un sens différent. Ce constat a été pour nous le point de départ d’un travail d’explicitation de ce que chaque discipline entend par “données historiques” afin de parvenir à une première caractérisation de celles-ci.

De la nature des sources

L’explicitation s’inscrit dans le cadre spécifique du projet de recherche ObARDI. En conséquence, certaines caractéristiques décrivant les “données historiques” peuvent lui être spécifiques et ne correspondre qu’à la nature particulière des sources employées :

  • ces archives s’étalent de la première moitié du XVIIe siècle à aujourd’hui, renferment énormément d’informations spatiales, sous forme de cartes ou de listes, et présentent des hiérarchies institutionnelles plus ou moins formelles ;
  • elles prennent la forme de sources anciennes numérisées, de sources nativement numériques contemporaines (aka produites récemment) mais aussi d’archives nativement numériques anciennes qu’il faut rétroconvertir ;
  • enfin, le corpus se caractérise aussi par la grande réutilisation de données produites dans des enquêtes antérieures (l’enquête Jean Nicolas, celle de Didier Catarina etc. Voir la liste complète de celles-ci à la fin de la présentation du projet dans e-storia. Les cahiers de Framespa).

Spécificités des données historiques

L’utilisation de ces données, tant par les historiens que les informaticiens, suppose de prendre en compte le flou dans les localisations, l’incertitude des informations relatées et l’ambiguïté lors de la confrontation des archives entre elles. C’est en partant de ces caractéristiques que nous questionnons le sens et la nature des “données historiques”.

Du point de vue du sens, il faut interroger le lien liant une donnée informatique à une archive. Par exemple, quel est le producteur de contenu de cette donnée informatique ? Est-il le même que l’auteur de l’archive ? A-t-il documenté ses choix, explicité ses cadres conceptuels, ses catégories d’analyse ? Dans le cadre d’une archive ancienne, dispose-t-on de la transcription in extenso, ratures incluses, ou est-elle seulement partielle ? Que sait-on de sa matérialité ?

Si le point de départ de la réflexion est toujours l’étude au ras de l’archive, travailler sur le sens suppose de passer de l’unicité de la source à une montée en généralité pour interroger l’idée générale correspondant au concept de “donnée historique”. Une “donnée historique'” contient donc des informations sur le passé stockées sous forme informatique et interprétable par des humains et des ordinateurs. Mais il faut aussi se pencher sur les formes de sa compréhension afin d’interroger ce que doit être l’interopérabilité scientifique : c’est parce que le concept est explicite et explicité, qu’il permet à d’autres chercheurs – historiens, informaticiens ou autres – de réutiliser les données historiques.

Par-delà cette interopérabilité scientifique, il faut aussi prendre en compte la nécessaire interopérabilité technique et réfléchir à la nature des données historiques. Quels sont les formats, les propriétés qui définissent ces données très hétérogènes ? Il faut pour y répondre s’intéresser aux points de vues disciplinaires : ce n’est qu’ainsi qu’il est possible de dessiner les cadres de la nécessaire interdisciplinarité qui préside à la compréhension mutuelle.mutuelle.


Crédits

Icons made by Hajicon from Flaticon



Citer ce billet
Sébastien Poublanc (2024, 19 février). Questionner le sens et la nature des données historiques. L'atelier d'Obardi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv58

Par Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne, ingénieur de recherche contractuel dans l'ANR ObARDI "Ontology-based Ancien Regime Data Intrastructure"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search