Catégories
Humanités numériques Interdisciplinaire

Collaborer entre historiens et informaticiens : l’opportunité d’expliciter les catégories et les concepts de chacun ?

Dans le cadre d’ObARDI, nous croisons les approches informatiques, économiques, géographiques et historiques afin d’améliorer la compréhension des dynamiques de pouvoir qui sous-tendent la construction de l’État moderne. Pour y parvenir, le projet fédère les méthodes disciplinaires de chacun au travers d’une approche relevant de l’informatique, visant à représenter et à analyser les mécanismes de développement de l’État moderne – notamment la manière dont ses agents représentent un territoire politique. Il s’agit par ce moyen de dépasser le métarécit de la construction de l’État – fondé sur la ressemblance illusoire du vocabulaire entre hier et aujourd’hui – qui en freine encore la compréhension.

En effet, les catégories de l’État et de la société civile qui nous sont naturelles étaient sans doute étrangères aux sujets de l’époque moderne. Par ailleurs, cette approche entend revenir sur les représentations cognitives de ce qu’est un territoire politique puisque celles-ci sont limitées par un référentiel géographique qui ne s’est construit que progressivement au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Concrètement, ObARDI constitue donc un système de représentation des connaissances sur les dynamiques des institutions d’Ancien Régime entre 1661 et 1789. Il est fondé sur la représentation et l’organisation d’informations issues de données historiques dans des ontologies informatiques. La réalisation de ces ontologies génère deux niveaux d’apports entre informatique et histoire.

Histoire et informatique : histoire d’un aller et retour

Le premier niveau constitue un terrain applicatif pour valider des résultats de recherche en informatique ou évaluer leur apport, tout autant que pour nourrir cette recherche. Si une partie des méthodes de validation en informatique est formelle et mathématique (calculabilité et performance des algorithmes, capacité à traiter des grands volumes de données, des données complexes, expressivité des modèles etc.,), une autre partie est applicative ou pragmatique par rapport à des données : c’est la capacité des modèles à représenter les types de données ou connaissances auxquels on s’intéresse, la capacité des algorithmes à traiter les données de manière pertinente par rapport à des besoins etc. La collaboration effectuée dans le cadre d’ObARDI se place dans ce second cadre. 

Toutefois, la collaboration va au-delà de la validation : avec l‘ontologie HHT, nous développons conjointement une ontologie afin de répondre à des besoins de représentation historiques (des territoires au sein de plusieurs hiérarchies, par exemple des paroisses dans l’ordre judiciaire et administratif de l’Ancien Régime) et de traitements sur ces représentations. Il s’agit par exemple d’étudier l’évolution dans le temps de ces paroisses, de déterminer les relations spatiales sans connaître leur géométrie précise ou encore la revendication de leur gestion/ propriété/ gouvernance qui peut être discutée ou incertaine suivant les archives consultées et la temporalité de celles-ci.

Cette construction soulève des questions qui amènent les historiens à préciser leurs objets d’étude, leurs définitions et leurs catégories d’analyse : qu’est-ce qu’un territoire, que signifie revendiquer un territoire et qu’est-ce qu’une rébellion ? Ce faisant, il s’agit de redéfinir des canons disciplinaires grâce à l’apport d’une discipline avec laquelle l’histoire n’entre que trop rarement en rapport. 

Il s’agit là des bénéfices interdisciplinaires de la construction de la base de données à l’aide des technologies du web sémantique : celui-ci permet de croiser et d’interroger des données d’archives hétérogènes, de rendre explicite leur nature et relations, d’expliciter des raisonnements sur ces données, d’éventuellement générer de nouvelles connaissances / relations entre données via le raisonnement ou l’analyse des données. 

(Re)Définir des concepts disciplinaires

Le second niveau d’apport est essentiellement conceptuel : le travail collaboratif favorise la définition ou la redéfinition – enrichie du dialogue interdisciplinaire – de concepts, qu’ils soient disciplinaires ou partagés en commun.. Par exemple, le concept de territoire a d’abord été abordé d’un point de vue un peu naïf – ou en tout cas un peu plus réducteur et cartographique – en reprenant la modélisation contemporaine du concept disponible dans TSN, l’ontologie qui a servi de départ à HHT. Le dialogue interdisciplinaire a au contraire fait émerger des points de vue historiques, géographiques ou sociologiques qui mettent l’accent sur la revendication par des groupes humains et sur le flou qui règne les frontières. 

Il en résulte donc la nécessité de rendre compte de limites approximatives, floues ou inconnues, du besoin de faire des raisonnements sur l’évolution des territoires sans en connaître la géométrie ou encore d’identifier le territoire en fonction de personnes ou groupes les revendiquant ou les définissant. Il en va de même pour la notion d’évolution de territoires, au-delà de la question de la géométrie : comment définir l’identité et la clarification de la limite entre changement et disparition/création ? Comment représenter la relation entre groupe ou personne qui le revendique et le territoire. En bref, jusqu’où la revendication “définit-elle” le territoire ?

Enfin, ce travail ouvre la voie à un chantier d’envergure, notamment lié à la manière dont les historiens manipulent les analyses – anciennes, parfois antagonistes –  sur les données et les territoires : comment les conserver ? les faire cohabiter ? rendre compte de leurs divergences ? Comment associer des sous-ensembles de connaissances à des sources ? Quand plusieurs ensembles de descriptions/ connaissances aux mêmes territoires existent, sont éventuellement contradictoires : comment garder trace de l’origine de chaque information ? Quelle confiance accorder à ces points de vue ? Ces travaux, qui n’en sont encore qu’aux prémices, ont vocation à renforcer le peu de littérature à ce sujet dans les travaux ontologiques. 


Crédits illustration

Flaticon mall.smiles



Citer ce billet
Nathalie Aussenac-Gilles, William Charles, Victor Gay, Nathalie Hernandez, Sébastien Poublanc (2023, 17 avril). Collaborer entre historiens et informaticiens : l’opportunité d’expliciter les catégories et les concepts de chacun ? L'atelier d'Obardi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh54

2 réponses sur « Collaborer entre historiens et informaticiens : l’opportunité d’expliciter les catégories et les concepts de chacun ? »

Très intéressant….je reste à votre disposition pour vos recherches, notamment languedociennes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search