Catégories
Data Informatique Ontologie Pour les non-spécialistes

L’ontologie Historical Hierarchical Territory (HHT)

Les spécificités de l’époque moderne nécessitent le développement d’une ontologie propre au projet OBARDI : l’ontologie Historical Hierarchical Territory (HHT). La représentation de territoires dans le contexte historique de l’Ancien Régime impose en effet de nombreuses contraintes, notamment en raison de l’aspect parcellaire et parfois contradictoire des données disponibles.

Le processus de collecte et d’agrégation de l’information administrative est en effet relativement peu centralisé ; il est le fait d’une bureaucratie encore naissante, ce qui entraîne un certain nombre d’incertitudes dans les connaissances tirées des archives – en particulier les connaissances territoriales. Plusieurs documents peuvent par exemple faire état de connaissances contradictoires sur un même territoire à une même période. À l’inverse, nous ne disposons d’aucune information sur le statut d’un territoire donné pour d’autres périodes. Enfin, le découpage du territoire métropolitain est particulièrement morcelé et irrégulier, ce qui ajoute des difficultés dans la représentation de ces connaissances.

Si l’on dispose aujourd’hui d’un maillage territorial et administratif clairement structuré, il n’en est rien pour la période considérée : la structure hiérarchique des territoires est différente selon le domaine (administratif, fiscal, religieux, judiciaire) mais aussi selon le territoire considéré. Toutes ces spécificités imposent donc la mise en place d’une ontologie spécifique, tant il est vrai que ni les ontologies généralistes destinées à l’étude historique (CIDOC-CRM, SYMOGIH…), ni les ontologies de représentation des territoires contemporains (TSN, INSEE…), n’englobent l’intégralité des aspects évoqués ci-dessus.

Découpage hiérarchique du territoire

Le découpage hiérarchique du territoire constitue un invariant à partir duquel développer la nomenclature de l’ontologie. Il s’agit ici de décrire l’organisation pyramidale des territoires du royaume de France – nécessairement simplifiée – dont la version contemporaine correspond à la structure État/Région/Département/Arrondissement/Canton/Commune (même si la relation canton-commune reste complexe). Or, si ce dernier découpage est univoque et essentiellement  administratif, il existe sous l’Ancien Régime de nombreux découpages se superposant selon plusieurs critères hiérarchiques.

Le  critère hiérarchique est ici compris comme celuisur lequel repose la structure hiérarchique. Par exemple, le découpage contemporain  de l’État s’appuie sur un critère administratif. À l’inverse, les spécificités de la période moderne amènent à considérer quatre critères de structuration hiérarchique : administratif, religieux, judiciaire et fiscal. Pour chacun de ces critères est alors définie une structure pyramidale décrivant plusieurs niveaux d’unités territoriales.

Figure 1 : Structure hiérarchique des territoires selon trois des critères d’organisation territoriale de l’Ancien Régime (la structure liée au critère fiscal est encore en cours d’élaboration).)

De prime abord, on pourrait décrire ces structures par le schéma présenté Figure 1. La structuration des administrations de l’époque moderne semblerait donc pouvoir se fondre par analogie dans les systèmes d’informations propres à notre temps. En réalité, ces hiérarchies sont à géométrie variable avec des niveaux qui ne sont pas nécessairement alignés ni emboîtés. En effet, les hiérarchies territoriales sous l’Ancien régime sont flexibles et hétérogènes : il est fréquent d’observer plusieurs types de territoires à un même niveau hiérarchique, de constater que certains territoires s’affranchissent d’un niveau hiérarchique ou que d’autres en ont un supplémentaire et spécifique. Ainsi, certaines provinces conservent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime des assemblées représentatives ou états provinciaux, qui ont un droit de regard sur l’administration générale et fiscale. À l’inverse, d’autres provinces ne disposent pas de ce privilège et forment une circonscription financière – l’élection – soumise à la juridiction d’officiers royaux, les élus. En théorie, les pays d’états n’ont pas d’élection mais cette assertion évolue dans le temps et dans l’espace ! L’ontologie HHT est donc conçue pour prendre en considération l’ensemble de ces subtilités et de ces variations.

Si l’on considère différents critères hiérarchiques, il n’en demeure pas moins qu’il est nécessaire, pour que l’ontologie HHT ait un sens, de disposer de “briques élémentaires” qui soient les mêmes pour chacun des critères. En effet, si – quel que soit le critère – on peut considérer tout élément de territoire comme un assemblage de ces “briques élémentaires” minimales, il est alors possible de mettre en correspondance spatiale ces éléments de territoire. Le parti pris a donc été ici de définir la paroisse comme unité minimale (et donc indivisible) du territoire.

Pour aller plus loin, lire Sous le SIG d’ObARDI : les paroisses d’Ancien Régime

La paroisse comme brique élémentaire

Si cette unité est aujourd’hui rattachée au critère religieux, la réalité historique d’alors lui confère une légitimité en tant qu’élément insécable de notre modèle : la paroisse constitue la cellule-base de l’organisation ecclésiastique mais aussi de l’administration civile – notamment pour la fiscalité et la justice. C’est à cette échelle que les assemblées d’habitants prennent les décisions essentielles en matière d’administration locale, de fiscalité, de vie collective et de relation avec le seigneur. Par extension, la paroisse sert aussi à définir les ressorts des juridictions inférieures royales et seigneuriales, ce qui fait des juridictions supérieures – à partir des bailliages – des “agrégats” de paroisses. Face à la difficulté de connaître l’évolution territoriale des paroisses sous l’époque moderne, nous partirons des paroisses telles qu’elles existaient en 1789, et ferons l’hypothèse d’une invariance temporelle sur la période – bien que ce choix puisse être discuté sur le plan historique.

Figure 2 : Représentation symbolique de la généralité de Tours et des territoires qui la composent selon la hiérarchie administrative HHT

La Figure 2 présente un exemple de structure administrative inspiré de la généralité de Tours. Conformément à notre choix, on retrouve sur cette figure la paroisse comme unité de base qui nous permet de rendre compte des différents niveaux de découpage (en élections et paroisses) de cette généralité. Sur la figure, le découpage présenté est donc administratif. Ces mêmes paroisses seraient vraisemblablement regroupées différemment si l’on considérait la  structure religieuse, judiciaire ou fiscale de l’ontologie.

Le choix d’utiliser les paroisses en tant que briques élémentaires permet également d’aborder plus simplement la notion de représentation géométrique du territoire. En effet, si ce sont des administrations centrales (IGN, INSEE) qui définissent aujourd’hui précisément la topographie et la toponymie des territoires, il n’en est rien à l’époque. Or, l’un des objectifs de l’ontologie HHT est de créer un système d’organisation de la connaissance permettant de gérer la représentation cartographique des territoires pour en faciliter l’analyse.

Ainsi, la définition de ces territoires élémentaires permet la mise en place d’une représentation géométrique s’affranchissant des géométries locales. À défaut de représentation polygonales des territoires, on se contentera de points (correspondant à nos paroisses) et d’ensemble de points (géométrie discrète du territoire global, au sens où elle n’est ni nécessairement continue ni complète). Cette approche s’explique par un fait fondamental : la géométrie détaillée des paroisses d’Ancien Régime n’existe pas.

En effet, le cadastre ne prend que très rarement une forme cartographique, et la notion même de frontière – précisément délimitée et documentée – est alors tout à fait étrangère aux contemporains. Il serait éventuellement possible d’obtenir des éléments concernant la localisation de celles-ci mais en l’absence de données précises, la meilleure définition géographique des paroisses que nous puissions obtenir correspond à celle de leurs héritières : les municipalités de 1793 et les communes de 1800. Leur géographie fut fixée pour la première fois par le cadastre napoléonien au début du 19e siècle. Une possibilité pour parvenir à cet état de fait serait d’échanger avec le projet ANR Communes et d’apparier l’ontologie HHT à leur base de données par l’intermédiaire d’un identifiant unique, par exemple le code commune issu de la base Cassini-EHESS (voir par exemple https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03114695 ).

Evolution des territoires

À côté de la nomenclature des territoires, l’ontologie doit aussi rendre compte de leur évolution dans le temps. À ce titre, on distingue deux notions d’évolution des territoires. La première – et la plus évidente – est l’évolution liée aux faits historiques. En effet, si les paroisses restent inchangées dans notre modèle, les territoires de niveau supérieur (par exemple une généralité, une sénéchaussée…) peuvent évoluer au fil du temps. Qu’entend-on ici par évolution ? Il s’agit de la modification d’une des caractéristiques définissant un territoire : ce peut-être son nom, son unité supérieure ou encore sa géométrie (c’est-à-dire ses unités inférieures). La seconde consiste en l’évolution de la représentation du territoire due à l’évolution des connaissances historiques s’y rapportant. En effet, l’ajout de telles connaissances dans l’ontologie HHT est réalisé de manière incrémentale, ce qui implique qu’un apport peut venir contredire ou compléter les connaissances concernant un territoire.

Afin de prendre en compte ces deux dimensions évolutives, un mécanisme de gestion de versions d’un territoire a été intégré à notre ontologie. Une version d’un territoire possède ainsi une période de validité, et l’ajout de connaissances supplémentaires conduit à un chevauchement de versions et induit la définition de nouvelles versions – c’est ce qu’illustre la Figure 3. L’ensemble constitue la ligne de vie d’un territoire donné.

Figure 3 : Ligne de vie du territoire de Chinon en 1661 et 1789

Par ailleurs, les évolutions de territoires peuvent amener des bouleversements importants de leurs caractéristiques. Certains territoires disparaissent au profit de nouveaux espaces – comme ce fut le cas lors de la récente réforme des régions. Leurs évolutions soulève une question fondamentale : face à un changement sur un territoire, jusqu’où considère-t-on qu’un territoire évolue et à partir de quand un changement justifie-t-il la création d’un nouveau territoire ? Prenons un exemple : lorsque Saint-Denis de l’Yonne se renomme Saint-Denis-lès-Sens en 2012, il est bien clair que la ville désignée demeure la même. Comment alors caractériser la création d’un nouveau territoire ?

En s’inspirant de travaux récents sur l’identité territoriale, nous avons arrêté le critère suivant : on considère un changement comme disruptif (c’est-à-dire que le territoire en résultant est un nouveau territoire), si et seulement si, le nom et une autre caractéristique de celui-ci sont modifiés. Ce critère est indicatif, et l’ontologie est conçue de sorte à laisser les historiens libres de trancher au cas par cas le bien-fondé de l’application de celui-ci.

Un autre aspect important de l’ontologie HHT réside dans la possibilité de catégoriser les changements que subissent les territoires. Plus exactement, si la nature de certains changements (nom, catégorie, unité hiérarchique supérieure) ne saurait être décrite avec davantage de précision, la modification de la géométrie du territoire (c’est-à-dire de l’ensemble des unités hiérarchiques de plus bas niveau) peut en revanche être caractérisée avec davantage de finesse. Dans la lignée des travaux de C. Bernard et M. Villanova-Oliver sur l’ontologie TSN-change qui propose une représentation des évolutions des territoires, nous retenons trois catégories d’évolution de la géométrie, subdivisées en deux sous-catégories et synthétisées dans la Figure 4.

Figure 4 – Illustration de la typologie des évolutions des territoires

Conflits et revendications

Mais un territoire n’est pas simplement une zone géographique nommée et intégrée à une structure hiérarchique. Une notion importante de la définition de territoire est son appropriation par un acteur(individu, groupe d’individus ou  institution). Pour rendre compte de cette situation, dans HHT, la hiérarchie des territoires est liée à une hiérarchie entre les acteurs. Autrement dit, un acteur gouvernant un territoire de niveau supérieur possède généralement un ascendant sur les acteurs responsables des territoires affiliés. L’intendant de Tours est par exemple le supérieur hiérarchique du subdélégué de l’élection de Chinon. La structure ainsi définie correspond à un état de fait.

Cet état est nécessairement le résultat des rapports de forces le sous-tendant,c’est-à-dire qu’il ne correspond pas nécessairement aux aspirations de chacune des parties qu’il implique. Intervient alors la notion de revendication (claim), qui correspond à la volonté d’un acteur de bouleverser l’ordre établi. Ces revendications sont structurées dans HHT en trois catégories :

  • une déclaration subalterne : un territoire inférieur revendique son appartenance à une autre juridiction, souvent car celle-ci lui est plus favorable.
  • une revendication de territoire : un territoire supérieur revendique la possession d’un territoire de niveau inférieur.
  • une autonomie : une revendication d’un territoire inférieur visant à se détacher de l’influence ascendante et à se positionner comme territoire de niveau supérieur.

Chaque revendication fait naître un conflit d’intérêts entre l’acteur à l’origine de la revendication, et le ou les acteurs régissant les territoires concernés. Par ailleurs, les revendications concernant un territoire peuvent aussi être multiples et parfois opposées. L’ontologie HHT dégage donc la notion de zone de conflit, qui caractérise un territoire faisant l’objet d’un ensemble de revendications.

L’un des questionnements induits par cette notion est le partitionnement de telles zones. Dans certains contextes, en effet, deux territoires adjacents peuvent être impliqués dans des revendications similaires, ou du moins, liées. On peut par exemple évoquer le cas de du comté de Comminges : celui-ci relevait de la province de Languedoc avant d’être incorporé à la province de Guyenne en 1469 par Louis XI. Seules les paroisses situées sur la rive droite de la Garonne sont maintenues dans le ressort du Languedoc, constituant le diocèse de Petit-Comminges. Les états de Languedoc n’ont pas accepté cet état de fait et ont revendiqué la juridiction sur ces territoires jusqu’en 1789.

Dans d’autres cas, les revendications concernant deux territoires peuvent être parfaitement décorrélées. Lors de la mise en place des diocèses civils au XVIe siècle, l’officialat du Razès – qui appartient initialement au diocèse religieux de Narbonne – est jugé trop éloigné de Narbonne. Il est donc administrativement rattaché au diocèse d’Alet puis finalement constitué en diocèse civil – le diocèse de Limoux – en 1660. Toutefois, il reste rattaché pour le spirituel à son diocèse d’origine, celui de Narbonne. Il serait donc souhaitable d’être en mesure de définir ces zones de conflits en établissant un critère sémantique lié à la nature du conflit animant la zone en question. Toutefois, à ce jour, l’ontologie ne prend pas en charge le partitionnement automatique.

Conclusion

L’ontologie HHT actuelle est représentée de manière simplifiée sur la Figure 5. Elle a été définie de manière à représenter la hiérarchie des territoires selon divers critères, en utilisant les paroisses comme élément minimal. Ces dernières permettent ainsi de déterminer une géographie des territoires, bien que la géographie exacte des paroisses fasse parfois défaut. L’évolution des territoires est prise en considération à l’aide d’un mécanisme de versions permettant la représentation temporelle des états successifs d’un territoire, mais également l’évolution du modèle. Les changements apportés aux territoires sont caractérisés dans l’ontologie, et les changements de géométrie sont classifiés selon le type de modification apportée. Un critère a également été postulé afin de distinguer l’apparition de nouveaux territoires de l’évolution de territoires existants. Enfin, une notion de revendication permet de capter les dynamiques d’évolution insufflée par les divers acteurs des territoires.

Figure 5 : Les principaux concepts et relations de l’ontologie HHT, regroupés en 3 modules dédiés respectivement à la représentation des territoires, des revendications et des changements

Ressources

L’ontologie HHT est disponible en ligne à l’adresse https://www.irit.fr/recherches/MELODI/ontologies/ObARDI/

Pour en savoir plus, on peut se référer aux articles suivants :

  • Lucas Bourel, Nathalie Hernandez, Nathalie Aussenac-Gilles, Victor Gay, Sébastien Poublanc (2022) Graphes de connaissances pour représenter et analyser l’évolution des territoires en Histoire, Atelier DAHLIA@EGC2022, Tours (F), Janvier 2022. 10 pages
  • Lucas Bourel, William Charles, Nathalie Hernandez, Nathalie Aussenac-Gilles (2022) , HHT : une ontologie modulaire pour représenter l’évolution des territoires en Histoire. Actes de la conférence d’ingénierie des Connaissances IC2022, PFIA 2022, Saint-Etienne (F), juin 2022. 4 pages

Crédits

Knowledge icons created by Freepik – Flaticon Cut icons created by Smashicons – Flaticon Territory icons created by Eucalyp – Flaticon Claim icons created by smashingstocks – Flaticon Brick icons created by max.icons – Flaticon

Citer ce billet
Nathalie Aussenac-Gilles, Lucas Bourel, William Charles, Nathalie Hernandez (2022, 21 juin). L’ontologie Historical Hierarchical Territory (HHT). L'atelier d'Obardi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh50

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search